En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Plus de radars et un durcissement de la loi : la réponse de Hortefeux à l'insécurité routière
par Laurent Meillaud
1000 nouveaux radars d'ici 2012

Plus de radars et un durcissement de la loi : la réponse de Hortefeux à l'insécurité routière

Le ministre de l'intérieur a présenté hier son plan de lutte contre l'insécurité routière. Le volet répression est, sans surprise, considérablement étendu.

Si la formation à tous les âges est un axe exprimé par le ministre, avec l'apprentissage des règles de bonne conduite à l'école et une réflexion avec les assureurs sur des formations complémentaires, c'est à nouveau la politique du bâton pour satisfaire les associations.

Ainsi, le plan prévoit le le déploiement de 1 000 radars supplémentaires d'ici 2012. Parmi ces nouveaux moyens de contrôle, on dénombre 100 radars tronçons permettant de contrôler la vitesse moyenne sur un trajet de plusieurs kilomètres et 90 radars "discriminants" permettant de différencier les poids-lourds des véhicules légers et de désigner la voie empruntée par le véhicule en infraction. Au second semestre, les premiers radars de passage à niveau seront installés. Au passage, le ministre annonce le lancement d'un programme de développement de radars mobiles de nouvelle génération, afin de contrôler la vitesse dans le flux de circulation.

Par ailleurs, les forces de sécurité vont progressivement disposer d'« équipements nouveaux et à la pointe de la technologie » tels que 1 800 éthylomètres embarqués supplémentaires, d'ici 2012 ; la mise à disposition de la police et de la gendarmerie, dès 2011, de 326 dispositifs de lecture automatisée des plaques d'immatriculation (LAPI) ; et la généralisation progressive du procès-verbal électronique à l'ensemble du territoire, à compter de cette année, pour arriver à 24 000 terminaux d'ici 2012.

Les mesures seront complétées par la nouvelle loi LOPPSI. Dès sa promulgation, elle va venir renforcer l'arsenal juridique dont disposent les forces de sécurité sur le terrain.

Ainsi, les préfets auront la possibilité d'immobiliser ou de mettre en fourrière les véhicules des conducteurs ayant eu un comportement particulièrement dangereux. Il y aura plus de possibilités de rétention et de suspension du permis de conduire et la durée pourra s'allonger à un an pour la suspension administrative de permis. Les actions de dépistage des produits stupéfiants seront plus systématiques et pourront désormais être conduites par des policiers municipaux.

La loi prévoit aussi l'automatisation de la confiscation du véhicule pour les infractions les plus graves, et la création d'une nouvelle peine complémentaire permettant de contraindre un individu condamné pour conduite en état d'ébriété à ne conduire que des véhicules équipés d'un dispositif d'éthylotest anti-démarrage. Enfin, le trafic de points sera qualifié en un délit passible d'un an de prison et de 30 000 euros d'amende.
TAGS : brice hortefeux, LOPPSI, radars