Rechercher
Automobile > Essais auto > Essais automobile alfa romeo > Essais automobile alfa romeo giulietta > Essais automobile giulietta 1750 tbi 235 ch quadrifoglio verde

Essai Alfa Romeo Giulietta 1750 TBi Quadrifoglio Verde

Essai Alfa Romeo Giulietta 1750 TBi Quadrifoglio Verde : raviver la flamme

Le 27/04/2010 par Bertrand Debeuret
Pour donner à la 147 une digne héritière, Alfa Romeo n'a pas économisé ses efforts. Style ravageur, châssis enjoué, présentation avenante et patronyme glorieux en héritage : la Giulietta joue son numéro de charme après s'être longtemps fait désirer. Une bouffée de saveurs nostalgiques et relevées, à plus forte raison sur cette version sportive de 235 ch.
 
Patience est mère de vertu, dit l'adage. Vertueux, les alfistes ayant patiemment attendu la remplaçante de la 147 le sont assurément. Celle qui a accompagné le renouveau de la firme milanaise les aura fait languir durant 10 ans avant de se renouveler. Le temps pour l'indétronable Golf de le faire 2 fois ! Mais leur attente n'aura pas été vaine. Pour eux, Alfa Romeo a dessiné une authentique séductrice, ressorti de la naphtaline un nom chargé d'histoire et peaufiné une plate-forme totalement inédite : la nouvelle architecture "Compact" de Fiat, appelée à servir de base à une flopée de prochains modèles du groupe. Celle-ci recourt abondamment à l'aluminium dans un souci de poids et de rigidité, et intègre une nouvelle direction électrique active à double pignon.

Le fait qu'une nouvelle Alfa Romeo ait la primeur de tels raffinements donne à la Giulietta un avantage dont la marque a rarement bénéficié depuis son rachat par Fiat. Les fidèles apprécieront. Outre ces dessous chics, l'italienne leur soumet une robe séductrice en diable, teintée comme il se doit de sport et d'élégance. On en attendait pas moins de la descendance de l'une des plus belles Alfa de ces dernières années.

Fidèle à la tradition, la calandre ose néanmoins se renouveler avec des lignes plus tendues et un emplacement flottant dans le bouclier. Le regard serti de LED, la nervure griffant les flancs charnus et les poignées de portières arrière toujours dissimulées dans les montants témoignent d'un soin manifeste porté aux détails. Et la Giulietta ne s'arrête pas en si bon chemin.
Liens recommandés

X
Pour une expérience optimale, désactivez AdBlock.
adblocktest
ad articles essai_automobile