En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Les radars investissent les passages à niveaux
par Julien Azoura
Les radars investissent les passages à niveaux

Les radars investissent les passages à niveaux

La sécurité autour des passages à niveaux est devenue l'une des priorités du gouvernement, qui prévoit une multiplication des équipements de contrôle de vitesses sur les voies ferrées.

Ainsi, avant la fin du premier semestre 2009, 11 sites à risque devraient être équipés de radars. Au terme du second semestre, 40 passages à niveaux jugés dangereux seront concernés par ces nouveaux aménagements.

Plus de morts sur les passages à niveaux qu'en 2007

L'accident d'Allinges (Haute-Savoie) entre un car de collégiens et un train, qui fit 7 victimes et 25 blessés en juin dernier, a sans doute été l'élément déclencheur de cette mesure. Sur les 11 derniers mois de l'année, 35 personnes ont trouvé la mort sur les passages à niveaux français, soit 3 de plus qu'en 2007. Avant une réhabilitation des zones les plus risquées, très coûteuse pour le gouvernement, ce sont d'abord des radars qui tenteront de dissuader les débordements des automobilistes. Tout d'abord en contrôlant la vitesse autour des traversées de voies ferrées par le biais de cabines automatiques. La première installée près des rails, en France comme en Europe d'après Réseau ferré de France (RFF), a vue le jour à Etrembières (Haute-Savoie) en fin de semaine dernière.

Des mouchards dans les feux tricolores

Par la suite, les contrôles de vitesse pourraient être épaulés par d'autres systèmes de surveillance. Les feux tricolores qui ''flashent'' les passages au rouge, déjà vus en dans certaines grandes agglomérations, sont également envisagés par le gouvernement. Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports, espère ainsi réduire de moitié la nombre de morts sur les passages à niveaux d'ici 2010. La suppression définitive de certains points particulièrement dangereux est, quant à elle, toujours d'actualité. Sa mise en oeuvre devrait toutefois prendre davantage de temps à cause du coût des travaux bien plus élevé que ceux de l'installation de cabines radars, et surtout moins rentables.