En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Chaînes à neige : ce qu’il faut savoir
Credit Photo - DR
par Vincent Gonin
Conseils chaînes à neige

Chaînes à neige : ce qu’il faut savoir

Si vous souhaitez partir en montagne avant la fin de la saison, mieux vaut vous munir de l'équipement ad-hoc pour éviter les surprises ! Mais lequel choisir ?

Parfois obligatoires, souvent nécessaires, les chaînes à neige constituent des alliées indispensables pour vous permettre de franchir sans encombre ce type d’épreuve. Contrairement à une croyance répandue, les « chaussettes » à neige ne leur sont d’ailleurs pas substituables sur le plan réglementaire. Moins durables et limitées en termes d’aptitudes de franchissement, les fameuses chaussettes sont donc à éviter dans les cols de montagne.

Les montes pneumatiques ont sacrément forci depuis quelques années, ce qui tend logiquement à réduire l’espace disponible dans les passages de roue. Certains seront d’ailleurs condamnés à troquer leurs pimpantes « tailles basses » contre les montes plus modestes avant de chaîner, afin d’éviter toute interférence avec les passages de roue ou les coupoles d’amortisseurs. Le manuel du constructeur permettra de déterminer les dimensions les plus appropriées.

Deux principaux types de modèles coexistent : mieux vaut privilégier les chaînes à croisillons, dont la géométrie permet un contact régulier avec la chaussée, aux traditionnelles chaînes dites en « échelles » aux aptitudes plus réduites.

Ensuite, il demeure judicieux de s’entrainer au montage au préalable, de manière à ne pas être condamné à improviser à quelques encablures des stations de ski. Les dispositifs les plus perfectionnés autorisent une mise en tension automatique en roulage, contrairement aux versions d’appel qui imposent d’être retendues au montage après quelques tours de roues.

En gré du niveau de gamme de l’équipement, vous pourrez aussi bénéficier d’un revêtement anticorrosion et de maillons plus épais, qui renforceront la longévité de l’ensemble en cas d’utilisation intensive ou fréquente. Il est à cet égard déconseillé de rouler sur chaussée non enneigée ou de dépasser une vitesse de 50km/h avec une voiture ainsi équipée.

Quoi qu’il en soit, les chaînes sont loin d’être inusables, et un entretien négligé comme la conduite prolongée sur chaussée asphaltée, à l’origine d’une usure précoce des maillons et de corrosion, mettent rapidement à mal leur résistance. Il n’est donc pas inutile de rincer voire sécher les chaînes après utilisation, pour éviter l’attaque d’une eau chargée en sel.

Enfin, rappelons que la présence de chaînes ne dispense pas des précautions usuelles liées à la conduite sur neige, comme une prudence accrue et une grande progressivité dans la conduite…