Stage de pilotage
CONSEIL
JURIDIQUE
Cote auto
Mondial de l'auto
Rechercher
Automobile > Essais auto > Essais automobile citroen > Essais automobile citroen c4 > Essais automobile c4 aircross hdi 150 exclusive 4x4

Essai VIDEO Citroën C4 Aircross 1.8 HDi 150 ch 4x4 Exclusive

Essai Citroën C4 Aircross 1.8 HDi 150 ch 4x4 Exclusive : Chevrons de plein air

Le 24/04/2012 par Bertrand Debeuret
Credit Photo - Autodéclics/BD
Essai Citroën C4 Aircross 1.8 HDi 150 ch 4x4 Exclusive : Chevrons de plein air
Fiche technique : Citroen C4 Aircross
Après l'Outlander recyclé en C-Crosser, au tour de l'ASX de se travestir en C4 Aircross. Plus proche des attentes des clients européens, le 2e SUV issu du partenariat PSA-Mitsubishi rend une copie sérieuse, même si ce diesel de 150 ch peine à se justifier sous son capot.
Cela n'aurait échappé à personne, certains modèles PSA présentent un fort accent asiatique. A l'image des Citroën C-Crosser et Peugeot 4007, étroitement dérivés du Mitsubishi Outlander, ou des petites électriques iOn et C-Zéro, qui ne sont autre que des i-Miev du même constructeur rebadgées. Cette politique de partenariat dont le groupe français est coutumier (rappelons que ses grands monospaces C8/807 et ses mini citadines 107 et C1 en sont également issus) lui assure une présence à moindre frais sur certains marchés incontournables. Et des conséquences limitées en cas d'échec.

Sans aller jusqu’à parler d'échec, les C-Crosser et 4007 ont souffert de leur format imposant dans un marché français friand de SUV compacts et bon marché. En témoigne le succès des Nissan Qashqai et Juke ou du Dacia Duster, dont les déclinaisons 2 roues motrices détournent nombre de clients des berlines et monospaces compacts traditionnels.

Le C4 Aircross se charge donc de réduire la voilure, au sens propre comme au figuré puisqu'il repose sur une plateforme de C-Crosser simplement raccourcie de 31 cm (4,34 m contre 4,65 m). Et propose aux choix des transmissions 4x4 ou 4x2, un avantage dont le 4008, son alter-ego sochalien, sera privé pour éviter toute concurrence interne avec le 3008.
Un style bien à lui
Un style bien à lui
Autodéclics/BD
Pour ce nouveau rejeton de l'union franco-nippone, Citroën a consenti à de vrais efforts de distinction. Bien difficile en effet de deviner sous ses traits charpentés la base de Mitsubishi ASX qui se cache. Hormis ses portières, son pavillon et ses rétroviseurs, tous ses panneaux de carrosserie lui sont propres. Optiques travaillées, grandes écopes latérales munies de LED, feux arrière en boomerangs : l'engin soigne ses détails et pousse la coquetterie jusqu'à tronquer ses montants arrière, en écho à ceux de la DS3.

Ces efforts de démarcation s'arrêtent là, car à bord, c'est du déjà-vu. Reprise telle quelle ou presque de l'ASX, la planche de bord se démarque seulement par ses plastiques noirs laqués et son volant spécifique. L'ensemble s'avère agréable à l’œil mais la qualité perçue reste en retrait des dernières productions Citroën, notamment d'une C4 pourtant bien moins chère.

La position de conduite surélevée n'a quant à elle rien à envier à celle d'un C-Crosser, même si les grands conducteurs regretteront la faible amplitude des réglages du siège et du volant. Les grands passagers seront quant à eux à leur aise à l'arrière, où l'espace aux jambes est généreux du fait de l'empattement identique au C-Crosser (2,67 m). Ils apprécieront en outre la belle luminosité qu'apporte l'immense toit vitré (850 euros), qui grignote en revanche un peu de garde au toit.
De son côté, la modularité se limite à des dossiers de banquette facilement repliables par moitiés asymétriques, permettant de passer le volume du coffre de 442 à 1193 litres. Soit des valeurs plutôt bonnes.
Cœur vaillant
Cœur vaillant
Autodeclics/BD
Notons que cette Citroën tire avantage de ses origines Mitsubishi en proposant des équipements inconnus de ses sœurs : système de navigation à large écran tactile, caméra de recul ou encore système audio RockFord Fosgate à 9 haut-parleurs (options intégrées à des packs facturés de 450 à 3050 euros). Lesquels s'ajoutent au régulateur de vitesse, à la climatisation régulée – monozone et sans affichage digital – et aux essuie-glaces et allumage des feux automatiques livrés de série sur notre version HDi 150 ch.

Un 2.0 de cette puissance existait déjà sur la C4, mais c'est le moderne 1.8 DI-D Mitsubishi, né sur l'ASX, que l'on retrouve ici. Celui-ci s'équipe d'un stop/start assez discret mais moins évolué que l'alterno-démarreur du 1.6 HDI 115 ch également disponible. Bien aidé par ses 300 Nm de couple et son calage variable de l'admission, ce bloc anime vaillamment les 1430 kg de l'auto, sans trou à bas régime ni vibration excessive. L'étagement idéal – et non exagérément long comme on le constate trop souvent – de sa boîte 6 rapports signée Aisin contribue également à ce brio.

Cependant, au vu des performances similaires revendiquées par le HDi 115 ch, qui signe rigoureusement le même 0 à 100 km/h que lui (10,8 s en 2 RM) tout en se montrant plus sobre (4,6 l/100 km en 4x2, 4,9 l/100 km en 4x4 contre 5,4 l / 5,6 l pour le 150 ch), échappant de ce fait aux 200 euros de malus du 1.8, il paraît difficile de défendre la cause de ce dernier. Lequel ne pourra compter que sur son surplus de souplesse pour justifier le surcoût de 2000 euros (hors malus) qu'il réclame.
L'explication de cette quasi absence de performances entre ces 2 blocs (hormis en vitesse de pointe) tient à l'embonpoint du 1.8 Mitsubishi : la version HDi 150 accuse ainsi quelques 110 kg de plus que la 115 ch. Voilà qui témoigne de la maîtrise de PSA en matière de conception de diesel, et de la très jeune expérience de Mitsubishi dans le domaine...




Addition salée
Addition salée
Autodéclics/BD
Pour le reste, le C4 Aircross s'apprécie pour son compromis plutôt réussi entre confort et dynamisme. Il n'affiche pas le tranchant d'un Ford Kuga ou l'aplomb d'un Mazda CX-5, mais se révèle plus efficace qu'un Nissan Qashqai tout en prenant soin de ses passagers. Les clients français le choisiront majoritairement en 2 roues motrices, mais pour plus d'efficacité en conditions difficiles, une traction intégrale leur sera proposée moyennant 1800 euros. Celle-ci présente 3 modes ''4x2'', ''4x4'' ou ''Lock'' accessibles en roulant via une molette, le dernier cité ne verrouillant pas la répartition du couple mais accentuant simplement celui-ci sur l'arrière. Du reste avec sa carrosserie dénuée de protection et ses gommes typées asphalte, ce SUV n'est pas plus téméraire que ses rivaux, ni moins.

Sûre de ses charmes et de la densité de son réseau – mais pénalisée par le cours du yen –, cette Citroën s'accorde des prétentions tarifaires assez élevées. Oscillant entre 23 200 et 37 200 euros, ses prix survolent de 3 300 à 6 600 euros ceux de sa cousine Mitsubishi, sans que ses prestations ne surclassent nettement cette dernière (de surcroît garantie 10 ans contre 2 pour l'Aircross). A 38 800 euros, notre version HDi 150 ch 4x4 Exclusive munie de toutes les options croise sur sa route un Volkswagen Tiguan, à la réputation en béton.

BONS PLANS
Commentaires

X
Pour une expérience optimale, désactivez AdBlock.
adblocktest
ad articles essai_automobile