En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Tolérance zéro pour les petits excès de vitesse
Credit Photo - Autodeclics
Excès de vitesse et permis à points

Tolérance zéro pour les petits excès de vitesse

L'histoire se répète. En 2007 déjà une proposition émanant de certains députés, visant à exonérer de pertes de points les excès de vitesse en deçà des 5 km/h, avait été rejetée. Eh bien, le dernier texte en date soumis par Nicolas About (Union centriste) et Pierre Jarlier (UMP) vient de subir le même sort.

La semaine dernière, les députés ont donc rejeté à une très large majorité la proposition de loi visant à ne pas pénaliser d'une perte de points les auteurs d'excès de vitesse inférieurs à 5 km/h par rapport à la vitesse autorisée. Un vote finalement sans surprise, puisque quelques semaines auparavant (le 8 avril), la Commission des lois avait déjà émis un avis défavorable sur cette même proposition. Une décision qui prend la forme d’un soulagement pour la Ligue Contre la Violence Routière, laquelle avançait que remettre en cause la loi actuelle n'aurait fait que déresponsabiliser les conducteurs. Ceci étant, un sondage publié mardi 5 mai par l'hebdomadaire Auto Plus, démontre que 71,1% des Français interrogés se déclarent favorables à cette proposition de loi.

Tout n'est pas perdu

Tout n'est pas perdu
Credit Photo - Autodeclics
Les ardents défenseurs de cette proposition ne semblent pas pour autant prêts à déposer les armes. Le député UMP Bernard Reynès, dont une proposition similaire a reçu la signature d'une centaine de députés de la majorité, se dit en effet prêt à remettre le couvert afin de supprimer le retrait de points du permis de conduire pour les dépassements de vitesse inférieurs à 5 km/h. La balle est désormais dans le camp des sénateurs avant un retour à l'Assemblée nationale. On imagine mal cependant le Sénat faire marche arrière.