Rechercher
Automobile > ACTUALITE > Dossier

Et si l’habitacle de votre auto était toxique ?

Et si l’habitacle de votre auto était toxique ?

Le 07/08/2008
Et si l’habitacle de votre auto était toxique ?
Une sérieuse étude américaine explique que l'intérieur de nos autos recèle, en plus ou moins grande quantité, de particules nocives pour l'homme.
Les substances chimiques en cause
Healthy Car, projet mené par l'Organisation non-gouvernementale américaine Ecology Center, a étudié scientifiquement l'habitacle de divers véhicules répertoriés dans tous les segments et uniquement commercialisés sur le sol US. L'objectif était de déterminer le niveau de toxicité propre à chaque intérieur. Plusieurs facteurs ont ainsi été pris en considération par les chercheurs, comme la présence de différentes substances chimiques ou de métaux lourds. De nombreux équipements de l'habitacle ont, au final, été sondés : levier de vitesse, volant, tableau de bord, appuie-tête, garnitures des porte… Cette étude met notamment en avant le côté néfaste des produits employés lors de la fabrication afin de rigidifier des éléments, augmenter leur durée de vie ou encore leur résistance au feu.
Des disparités au sein d'une même marque
Comme nous pouvons le constater à la lecture du tableau des résultats, à travers deux tops 10 (l'un positif remporté par le SUV Acura RDX et l'autre négatif épinglé par la Mitsubishi Spider GT), il est intéressant de noter qu'il n'y a pas de corrélation entre image de marque et niveau de toxicité… à l’image de l’Audi TT et de la Mercedes E350, toutes les deux mal classées ! A noter également, une différence de notation pour le moins cocasse entre deux finitions de Smart ForTwo. Quand la variante Pure Coupé décroche un indice de satisfaction de 0.7, la Passion Coupé ne recueille étrangement que 0.9. Enfin, une constante, l’augmentation du nombre d’automobiles dites « sûres » dans ce classement, année après année. Cette étude, uniquement dévolue aux automobiles commercialisées aux Etats-Unis, rappelons-le, mériterait sûrement de trouver son écho en Europe. Reste qu’aucun lien direct entre la maladie d’un conducteur et l’habitacle de son véhicule n’a jamais été prouvé, à ce jour.

L’ensemble des résultats est accessible ici.
BONS PLANS
Commentaires

X
Pour une expérience optimale, désactivez AdBlock.
adblocktest
ad articles actualites_automobile