Rechercher

Les vices de forme à relever sur vos PV

PV : les vices de forme pouvant entraîner l'annulation

Le 08/01/2013 par Me Grégoire Marchac
Credit Photo - DR
PV : les vices de forme pouvant entraîner l'annulation
Il est utile de le rappeler : les mentions figurant sur les PV doivent être vérifiées avec soin afin de pouvoir relever, le cas échéant, un vice de forme pouvant entraîner une annulation.
La plupart des infractions routières auxquelles les conducteurs sont confrontés sont des contraventions, c'est à dire des infractions moins graves et moins sévèrement sanctionnées que les délits et les crimes. Le procès-verbal, établi par les forces de police ou de gendarmerie, constatant une ou plusieurs contraventions fait foi jusqu’à preuve du contraire. Cela signifie qu’il est censé exprimer la vérité, à condition d’être régulier en la forme, sauf si le contrevenant peut prouver le contraire par tous moyens, notamment par la production d’un écrit ou par des témoignages. Bien entendu, les simples dénégations du conducteur, même de bonne foi, prétendant par exemple n'avoir pas brûlé un feu rouge ou s'être arrêté au stop n'ont aucun effet, puisqu'il ne rapporte pas la preuve contraire!

Les mentions qui figurent sur le p.v., conservé par la police ou la gendarmerie, doivent être vérifiées avec soin, afin de pouvoir relever, le cas échéant, un vice de forme qui pourrait le faire annuler. Il y a donc tout intérêt à examiner de près les mentions figurant sur le p.v. En effet, si certaines mentions sont incomplètes ou erronées, il pourra éventuellement être possible de contester la contravention, d'obtenir le classement sans suite de l'affaire ou de faire annuler la contravention par le juge pénal en obtenant la relaxe.

Par Me Grégoire Marchac
Avocat associé, FORENSIS (www.forensis-avocats.com), membre de l'Association des Avocats de l'Automobile et auteur de "Conduisez futé !" (éditions Matière à Savoir).
Le p.v. doit être régulier en la forme
Selon la loi, pour faire foi, le procès-verbal doit notamment être régulier en la forme, c'est-à-dire qu'il doit comporter certaines mentions obligatoires (art. 429 alinéa 1er du Code de procédure pénale).

Les procès-verbaux sont soumis à des conditions de forme exigées à peine de nullité qui ont été précisées par les tribunaux. Ces mentions obligatoires comprennent : la signature du ou des agents verbalisateurs, leur nom ou leur matricule, leur service, le lieu précis et la date de l’infraction, l’infraction reprochée ou la mention des textes mis en œuvre.

En ce qui concerne les radars automatiques, les procès-verbaux établis par ces appareils de contrôle homologués peuvent régulièrement comporter une signature manuelle numérisée. Les tribunaux contrôlent ces mentions obligatoires. Par exemple, dans un arrêt du 3 juin 1986, la Cour d'appel de Douai a jugé qu'un procès-verbal rédigé au crayon en une écriture illisible et sans mentionner le nom de l’agent était irrégulier, ce qui a entraîné la relaxe de l’automobiliste.
Le lieu précis de l’infraction doit être indiqué
Parmi les conditions de forme, la jurisprudence exige notamment que le procès-verbal indique le lieu précis de l’infraction. En matière d’excès de vitesse, la mesure relevée par un cinémomètre indique la vitesse d’un véhicule à un instant et en un endroit donnés. Le lieu exact du contrôle est pour les juges un élément essentiel à la localisation de l’infraction.

La jurisprudence est stricte sur le respect de ces conditions de forme. Selon une jurisprudence constante des tribunaux, dès lors que le lieu de l’infraction n’est pas précisément indiqué sur le procès verbal, ce dernier doit être déclaré irrégulier. C’est ce qui ressort en particulier de deux arrêts de la Cour de cassation du 4 avril 2007 et du 12 avril 2007. La Cour a retenu dans ces deux affaires qu’en l’absence de mentions précises sur le procès verbal du lieu de l’infraction, un doute subsiste sur la preuve de l’excès de vitesse. Le conducteur doit donc être dans ce cas relaxé.

Regardez-donc attentivement tout procès-verbal: pour être considéré comme précis sur le lieu géographique de l'infraction, le procès-verbal doit indiquer le point kilométrique ou le n° dans la voie ou le n° de lampadaire, le nom de la voie, et le sens de circulation.

Si certaines mentions du p.v. sont manquantes ou incomplètes, vous aurez une chance de succès en cas de contestation !
BONS PLANS
Commentaires

X
Pour une expérience optimale, désactivez AdBlock.
adblocktest
ad articles