En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Pneus : le gonflage à l’azote

Changez d’air, gonflez vos pneus à l’azote !

Proposé par la plupart des centres auto, le gonflage des pneus à l'azote réduit les risques de sous-gonflage et accroît de fait votre sécurité ; présentation.

Pneus sous gonflés : danger

C'est un fait ! On ne vérifie pas assez souvent l’état de nos pneus, et plus particulièrement leur pression. Or, quand on sait qu’en moyenne un pneu perd 300 g d’air tous les 6 mois – soit 15% de leur pression normale – on comprend vite les risques auxquels on s’expose. Pourquoi un pneumatique perd t-il peu à peu sa pression ? Tout simplement parce qu’avec le temps et les kilomètres, l’air comprimé, qui sert à le gonfler, s’échappe à travers le caoutchouc ou entre la jante et le pneu. Et qui dit pneus sous gonflés, dit risque d’accidents. La tenue de route est nettement altérée et les pneumatiques sont plus exposés aux risques d’éclatement. Il est donc plus que nécessaire de contrôler la pression de vos pneus afin de prévenir les accidents.

Pourquoi l’air comprimé est-il un si mauvais candidat ?

Parce ce n’est pas un gaz pur. L’air comprimé introduit dans les pneus est souvent pollué par d’autres agents comme la vapeur d’eau. Et celle-ci devient très instable lorsque la température du pneu augmente. Ensuite, l’oxygène présent dans l’air participe à la perte de pression, oxyde la carcasse métallique du pneu et de la jante et use la surface interne du pneumatique.

Remplacer l’air comprimé par l’azote ?

L’idée de remplacer l’air comprimé par l’azote dans le gonflage des pneumatiques est née d’un constat : l’azote, un gaz inerte et lourd, a un pouvoir de diffusion très faible. Il va donc s’échapper beaucoup moins vite que l’oxygène de l’enveloppe du pneu. Son taux d’humidité (vapeur d’eau) est, par ailleurs, très faible. Cette faculté fait donc de lui le gaz le plus adapté pour gonfler les pneumatiques, comme l’ont compris les différents centres auto (Norauto, Speedy, Feu Vert…). C'est d’ailleurs pour cela qu’il est utilisé en compétition automobile et en aviation. Dernier avantage : l’usure moins importante du pneu réduit la consommation de carburant, et du même coup, le véhicule pollue moins. Chez Norauto, un gonflage des 4 pneus et de la roue de secours à l’azote revient à 12 euros, (6 euros pour une moto), la remise à pression quant à elle est gratuite pendant toute la durée de vie du pneu.

Il ne faut cependant pas perdre de vue que, même gonflés à l’azote, il est impératif de surveiller régulièrement la pression de vos pneus. Les risques d’accident ne sont pas supprimés mais réduits.