En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
par Bertrand Debeuret
Entretien auto : lancez-vous !

Entretien auto : lancez-vous !

Garantir un entretien irréprochable à son auto peut s'avérer très onéreux ; à moins de bien choisir son garagiste, et pourquoi pas d'assurer soi-même l'entretien courant.

Pendant la période de garantie

Après l’achat de son véhicule, un entretien régulier s’impose pour éviter les frais imprévus et lui garantir un niveau de sécurité ainsi qu’un prix de revente optimal. En effet, un carnet d’entretien à jour permettra toujours de vendre votre voiture plus facilement. Pendant la période de garantie (2 ou 3 ans en général), les révisions peuvent être effectuées chez le professionnel de votre choix. La garantie du véhicule est conservée à l'instant où les consignes d'entretien du constructeur sont scrupuleusement respectées.

Evitez pour commencer les contrats d’entretien que presque tous les constructeurs proposent. S’ils simplifient la vie en forfaitisant par un paiement fixe mensuel l’entretien de votre auto (qu’il suffit de déposer et de récupérer plus tard sans rien débourser), leur prix onéreux n’est pas forcément justifié en raison d’interventions plus fréquentes que nécessaires. Ainsi les automobiles modernes nécessitent des révisions plus espacées qu’auparavant (parfois jusqu’à 50 000 km) et la durée de vie des pièces d’usure est aujourd’hui bien plus grande (bougies à changer qu’à partir de 50 000 à 100 000 km, amortisseurs après 80 000 km etc.)

Le choix malin : les réparateurs agréés

Vous pourrez plutôt faire des économies en vous adressant à un agent ou « réparateurs agréés », plutôt qu’à un concessionnaire, dont le showroom et complété par un atelier. Ces derniers sont équipés du dernier cri des outils de diagnostiques et de techniciens très bien formés, ce qui, associé aux divers « plus » offerts (lavage intérieur ou extérieur) a tendance à faire gonfler la facture. A contrario, les agents bénéficient d’infrastructures moins « haut de gamme » et vont à l’essentiel, proposant donc des tarifs plus intéressants.

Après la période de garantie

Une fois votre garantie expirée, vous êtes libre de choisir votre enseigne selon la qualité de son travail… et ses tarifs ! Même s’il est considéré comme souhaitable de continuer à entretenir votre voiture dans le réseau, vous optimiserez votre budget en vous adressant à un garagiste indépendant. Souvent très aguerri, il se montrera à son avantage dans le cas d’un modèle ancien, son expérience valant parfois plus que les machines les plus pointues.

Les forfaits « tout compris » des grandes chaînes

Qu’ils disposent d’un espace de vente (Feu Vert, Norauto…) ou simplement d’un atelier (Speedy, Midas…), les centres auto proposent souvent des forfaits aux tarifs intéressants prenant en charge les vidanges, changement de pneumatiques ou de freins. Dédiés aux moins bricoleurs et aux plus pressés, ils agissent rapidement et sans rendez-vous.

Enfin n’hésitez pas à faire jouer la concurrence ! Selon l’emplacement (proche, ou éloigné des grandes villes) et le type d’atelier (concessionnaire, centre auto, garagiste indépendant…), les tarifs pour une même prestations peuvent varier de l’ordre de 40% !

Assurer soi-même l’entretien courant

Si les grandes révisions et en règle générale toutes les interventions sur les organes inhérents à la sécurité de votre véhicule (direction, suspensions…) relèvent de professionnels de l’auto, beaucoup de petits entretiens sont à la portée de tous. Et nul besoin d’être super-outillé !

L'entretien des filtres

Les différents filtres de votre moteur doivent être remplacés périodiquement pour ne pas risquer d’endommager votre moteur. Minutieux, le changement du filtre à carburant doit être confié à un professionnel, ce n’est pas le cas des filtres à air et à huile.

Le filtre à air doit être changé tous les 20.000 km. Son remplacement est un jeu d'enfant, il suffit d'ouvrir le boîtier contenant le filtre, de passer un coup de chiffon humide à l'intérieur du boîtier, puis de placer soigneusement le nouveau filtre (acheté en grande surface ou en centre auto) afin d'éviter toute évacuation d'air non filtré.

Après chaque vidange, le filtre à huile doit être remplacé. Pour le changer, il suffit juste de le desserrer à l'aide d'une clé. Après avoir huilé le joint, placez le nouveau filtre en le serrant à la main et le tour est joué.

Surveiller et compléter les niveaux

Vérifiez régulièrement les niveaux de votre moteur est simple et lui garantit une durée de vie plus longue. Pour vérifier le niveau d'huile dans votre moteur, tirez la jauge d'huile, la marque doit se situer entre les deux repères qui indiquent le niveau minimum et le niveau maximum. Si le niveau est trop bas, faites simplement l’appoint en choisissant votre huile selon les recommandations du carnet d’entretien de votre véhicule, ou d’un spécialiste de centre auto. Gare au surdosage, si le niveau est trop haut sur un moteur à essence, cela peut endommager le joint d'étanchéité. Sur un diesel, le moteur consomme ce supplément, ce qui peut causer de gros dégâts par la suite. Si le niveau est trop bas, le moteur s'use beaucoup plus vite et vous risquez de couler une bielle.

Pour le liquide de refroidissement, c’est encore plus simple. Le niveau se vérifie d'un simple coup d'œil sur le vase d'expansion (une grosse bonbonne transparente). A froid évidemment, pour évitez de graves brûlures ! Sur ce dernier figure 2 indications, minimum et maximum. Le niveau doit se situer entre les deux. Au cas où le liquide serait de couleur marron et un peu trop foncé, mieux vaut effectuer une vidange au plus vite. Si vous avez la main un peu trop lourde lors du dosage, rien de grave. Par contre, si le niveau augmente seul, vérifiez le joint de culasse, car il y a de fortes probabilités pour qu'il ait claqué. A contrario, un niveau trop bas du liquide du refroidissement entraîne une surchauffe du moteur, ce qui crée une déformation de la culasse. Pensez donc à rééquilibrer le niveau en cas de carence, sinon la note du garagiste sera salée.

Le liquide de direction assistée doit de la même manière toujours rester au même niveau, c'est à dire entre les deux inscriptions mini et maxi inscrites à la surface du réservoir. Si le niveau est entre les deux, tout va bien. Si une augmentation survenait cela sera sans grande conséquence du fait de la régulation automatique. Si le niveau baisse, une fuite peut être à l'origine. Vous vous en rendrez vite compte car la direction devient beaucoup plus rigide, provocant même un bruit strident. La réparation devra cette fois être confiée à un spécialiste, votre direction retrouvera alors sa souplesse d'antan.

Entretenir et changer sa batterie

Les batteries actuelles sont dites sans entretien et prêtes à l'emploi. Mais mieux vaut vérifier de temps en temps le niveau de l'électrolyte par les trous (si la batterie en est équipée) et si nécessaire faire le niveau avec exclusivement de l'eau déminéralisée. Avec le temps les cosses de la batterie ont tendance à s'oxyder et il se forme une couche de vert de gris qui s’enlève avec une brosse métallique. Les cosses se protègent avec de la graisse.

Si votre batterie est morte, les centres auto vous permettront d’en trouver une aux meilleurs tarifs, que vous choisirez aux caractéristiques et dimensions identiques (elles sont marquées dessus) à l’ancienne. Un classeur est également présent dans le rayon de votre magasin pour vous aider à la choisir selon votre auto. Pensez à bien à respecter la polarité, à nettoyer les cosses au bout des fils avant le remontage, et bien les graisser avant le raccordement. Le tour est joué !

Vidange, bougies, plaquettes de frein… lancez-vous !

Effectuée par un professionnel, une vidange (+ changement du filtre à huile) revient généralement à 60 euros environ. La main d’œuvre dépassant souvent 50% de ce budget, l’intérêt d’assurer soi-même l’opération, loin d’être fastidieuse, est grand. Pour cela, munissez-vous du guide correspondant à votre auto, pour une explication pas à pas. Vous les trouverez en grandes surfaces (par exemple les fameuses RTA ou Revue Technique Automobile). Cela dit, il est presque indispensable d’avoir un garage privatif pour travailler dans des conditions optimales (luminosité, accès aux outils…). L’outillage sera constitué de différentes clés (à sangle notamment pour changer le filtre à huile) et de gants pour ne pas se brûler. L’idéal est de se faire accompagner la première fois par un ami bricoleur. Suivant ce principe, vous pourrez vous attaquez également aux changements de bougies, voire même à celui des plaquettes de frein.