En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Les amortisseurs et le Contrôle Technique
par Julien Dell
Les amortisseurs et le Contrôle Technique

Les amortisseurs et le Contrôle Technique

Preuve que la France a son mot à dire en matière de sécurité routière, le Contrôle Technique est devenu obligatoire pour l'ensemble de la liaison au sol des véhicules le 1er janvier 2008 ; une première en Europe.

Le trio de sécurité

Après les freins en 1991 puis les pneumatiques en 1996, c’est donc désormais aux amortisseurs d’être soumis à une contre-visite obligatoire en cas de défaillance. Une décision somme toute normale lorsque l’on connaît le caractère prépondérant de cet équipement sur le comportement d’une voiture. Son rôle sécuritaire est en effet double puisqu’il permet à la fois de garantir le contact du pneu avec le sol pour faire « coller » ce dernier à la route mais également d’absorber les transferts de charges, lors d’un virage par exemple, pour conserver le contrôle de l’auto. Notez que cette nouvelle directive concerne les véhicules légers de plus de 4 ans dont les amortisseurs auraient présenté un défaut d’étanchéité, lors du Contrôle Technique.

Ch’est parti biloute !

Ainsi pour un amortisseur ne comportant plus que 50 % de sa quantité d’huile, le SECUR (Service d’Etudes et de Conseils aux Usagers de la Route) estime que les distances de freinage augmentent :

- de 5 à 10 % en ligne droite

- de 20% en courbe

- de 5 à 20% sur neige

Et si l’on prend le cas d’un amortisseur ne comportant plus que 25% de sa quantité d’huile, le constat est tout bonnement effrayant, avec une augmentation des distances de freinage en ligne droite pouvant atteindre 70 %. En clair, cela veut dire qu’un véhicule mal entretenu roulant à 50 Km/h mettra, par exemple, 17 m à s’arrêter, lorsque 9 m lui auraient suffi avec des amortisseurs en parfait état ! Et ce n’est pas tout puisqu’en plus de jouer sur le freinage, des amortisseurs dégradés entraînent une usure prématurée des pneumatiques et des organes périphériques, ainsi qu’une diminution de l’adhérence de votre voiture. Autant de constats qui, nous l’espérons, vous feront prendre conscience de l’importance d’entretenir correctement ses amortisseurs. Ces derniers se changeant, de manière générale, entre 60 000 et 100 000 km.