Stage de pilotage
CONSEIL
JURIDIQUE
Cote auto
Mondial de l'auto
Rechercher
Automobile > ESSAI > Essais automobile peugeot > Essais automobile peugeot 208 > Essais automobile 208 1.6 e-hdi 115ch fap bvm6 allure

Essai Peugeot 208 1.6 e-HDi 115 Allure

Essai Peugeot 208 1.6 e-HDi 115 Allure : la 208 joue la gagne

Le 23/03/2012 par Florian Duchiron
Credit Photo - autodeclics/FD
Essai Peugeot 208 1.6 e-HDi 115 Allure : la 208 joue la gagne
Fiche technique : Peugeot 208
La nouvelle 208 a beau reposer sur la plateforme 207, sa cure d'amaigrissement drastique, ses équipements technologiques et ses formes sexy marquent une vraie évolution ressentie instantanément à son volant. Cette héritière de la série 200 est un succès annoncé.
Tout ce qui est petit est mignon. Les responsables du projet 208 semblent s’être appuyés sur ce simple constat pour développer la nouvelle génération de sa citadine star, vouée notamment à reconquérir un public féminin très critique envers les formes potelées de la 207. Dans un même temps, ses qualités dynamiques reconnues devaient rester une priorité sur la 208 pour ne pas vexer la clientèle masculine cette fois. Si l'axe principal exploré par la 207 était la polyvalence et la sécurité, justifiant ainsi son gabarit plus imposant, la 208 quant à elle revient vers des caractéristiques plus proches des 205 et 206 : du style et de l'agilité.

Une formule qui veut perpétuer le succès de la série 200, écoulée à ce jour à 15 millions d'unités à travers le globe ! Il fallait tout de même apporter quelques nouveautés moins nostalgiques, Peugeot a donc opté pour une télématique particulièrement complète et une position de conduite totalement repensée.
Un look de concept
Un look de concept
Autodeclics/FD
Du style, elle en regorge cette 208 qui hérite des lignes du concept SR1 présenté au salon de Genève 2010.
Selon les goûts, les versions 3 portes et 5 portes offrent deux rendus différents, avec un surplus d’agressivité sur la première citée et un clin d'oeil à la mythique GTI au niveau des custodes arrière. Les flancs, la calandre flottante, la tranchée concave sur le capot ou le dessin des optiques arrière sont restés très proches du concept. Attention toutefois, la plupart des finitions chromées, dont la calandre, sont des spécificités des finitions mi et haut de gamme. La finition Access est bien moins apprêtée notamment avec une calandre alvéolée, sans chrome, bien moins attirante. De la même manière, un peu à l'image de la DS3, ces petites bimbos peuvent être bien différentes selon la monte de jantes adoptée.

Quoi qu'il en soit la 208, en plus de sa belle bouille, se replace complètement sur le segment en terme de gabarit. -7 cm de long face à la 207 (dont des porte-à-faux beaucoup moins pénalisants dans les manœuvres, - 6 cm à l'avant et -1 cm à l’arrière), - 2 cm de large et -1 cm de haut. La 208 passe donc sous la barre des 4 mètres, la rendant ainsi plus à l'aise en ville et très concurrentielle puisqu'à l'image de la Polo, elle est désormais plus compacte que les Fiat Punto, Renault Clio ou encore Kia Rio.
Un petit volant star
Un petit volant star
Autodeclics/FD
L'habitacle est tout aussi novateur que la robe extérieure et il faut connaître la 207 sur le bout des doigts pour reconnaître les rares pièces communes (boutons de commande de lève vitre, frein à main, boitier de régulateur...).
On retrouve aussi le dessin en V de la console centrale mais avec des plastiques plus fins et qualitatifs à l'image des garnitures de portes. Le pari réussi est d'avoir « poussé les murs » sans perdre en qualité perçue. Notre version disposait de sièges sport accessibles au 3ème niveau de finition et à l'excellent maintien. Avec des dossiers globalement plus fins que sur la 207, la 208 propose 5 cm de plus en espace aux jambes à l’arrière. Le coffre y a aussi gagné, plaçant la 208 parmi le haut du classement, avec 30 litres supplémentaire soit 311 litres en tout.

Mais ce qui a fait et fait encore couler beaucoup d'encre, c'est ce poste de conduite. Même s'il est clair qu'une remise en question personnelle est nécessaire, la formule prend bien. Il faut s’efforcer d’être plus en hauteur et ne pas hésiter à tirer au maximum le volant vers soi pour éviter les contacts avec les genoux. Ainsi on a effectivement une vue plongeante, à la fois sur la route et sur le bloc compteur baptisé « tête haute », qui n'a jamais aussi bien porté son nom...

Et ce petit volant alors ? C'est simple on adore. Sans avoir rien changé dans les réglages de train avant, la petite taille de ce cerceau, plus ovale que rond, leurre nos sensations en donnant cette impression de gagner en sensibilité, en précision. Les mains sont collées à 09h15 (la jante s’épaissit à cet endroit) et on ne les bougent plus ou peu, un peu comme un kart.

L'autre attraction de l’habitacle est l'écran tactile de 7 pouces, de série dès le second niveau de finition. Véritable cerveau central, il permet de gérer la téléphonie ou tout média nomade via USB ou Bluetooth (le streaming est pris en charge). Un système très complet même si on lui voudrait un peu plus de clarté dans l'arborescence des menus. Comptez 490 euros pour y ajouter la navigation (Europe). Peugeot inaugure en outre le Connect Apps qui, à l'image de Toyota dans sa Yaris, propose tout un tas d'applications aidant au voyage : météo, info-trafic, annuaire... Comptez tout de même 350 euros la première année, puis 150 euros les années suivantes. Le service est toutefois utilisable sans supplément de tarifs dans 17 pays d'Europe.
Généralisation de la micro-hybridation
Généralisation de la micro-hybridation
Autodeclics/FD
Peugeot propose 5 motorisations essence, allant d'un inédit 3 cylindres de 68 ch au très apprécié 1.6 THP de 155 ch. Le 3 cylindres sera aussi disponible avec 82 ch, dès cet été, et recevra en 2013 l'injection directe et une suralimentation bienvenue pour l'agrément.
Notre modèle d'essai représentait le haut de gamme de l'offre diesel avec le e-HDI 115 exclusivement en boîte manuelle à 6 rapports. Deux offres à 68 ch et 92 ch, en boîte manuelle ou pilotée sont aussi au catalogue.
C'était déjà le cas sur la 207, ce bloc 115 ch n'offre que très peu de différence face au 92 ch. A peine plus d'une seconde d'écart sur le 0 à 100 km/h pour des consommations quasi identiques. Noter que l'intégralité de l'offre diesel est sous la barre des 99 g/km de CO2 et profitent donc d'un éco-bonus de 100 euros, voir 400 euros pour le 1.4 e-HDI 68 ch.
Un bel effort a été réalisé sur l'insonorisation des « mazout » et puis surtout, la micro-hybridation fonctionne à merveille dans la citadine avec sans aucun doute le meilleur système stop&start du segment. Il y aurait juste cette commande de boîte un peu accrocheuse et bruyante qui nous a surpris.
Nouveau souffle
Nouveau souffle
Autodeclics/FD
La 208 a reçu un cure drastique d'amaigrissement pouvant aller jusqu'à 175 Kg sur certains moteurs essence. La citadine se veut donc plus agile, plus réactive, plus joueuse aussi mais pas de panique, l'ESP est désormais de série.
Les lourdeurs de la 207 sont complétement oubliées. Sur cette 208 et son petit volant, le plaisir de conduite est immédiat du fait de moins avoir à « guidonner ». On se plait à placer la voiture via d'infimes corrections au volant.
Puisqu'il s'agit malgré des mêmes châssis et train roulant que la 207, la 208 conserve en outre la stabilité, la rigueur et l’homogénéité qui a toujours fait la force de la française. Et malgré son gabarit plus svelte, elle conserve aussi ses qualités de routière, surtout avec ce bloc 115 ch.
Notez également l'excellent ressenti au freinage tout comme sa puissance rassurante. Même si notre gros bloc diesel générait un léger sous virage trop prononcé, la 208 reste donc une vraie référence en terme de comportement routier aux cotés de la Polo.
Bilan
Bilan
Autodeclics/FD
Malgré une toute nouvelle approche de sa citadine, la 208 conserve toutes les qualités appréciées de la 207 en lui gommant ses quelques défauts. La française risque bien de jeter un gros (mais léger!) pavé dans la marre en attendant la réplique de Renault et sa Clio 4. Peugeot montre aussi qu'il reste une marge d'évolution dans les motorisations thermiques sur ce segment, en jouant sur le poids et en généralisant la micro-hybridation. Quant à sa nouvelle position de conduite, elle ne révolutionne rien mais lui donne une vraie singularité et un caractère tout particulier sur la route.
A finition comparable, la Peugeot 208 est 1 000 euros moins chère que la 207 et propose un prix d'appel très concurrentiel. Comptez 11 950 euros pour la version Access 3 portes, toutefois peu représentative des évolutions notables du modèle (hormis le 3 cylindres de 68 ch qui l'équipe). Notre modèle d'essai 3 portes équipé du 1.6 e-HDI 115 en finition Allure est facturée 19 750 euros et peu grimper jusqu'à 21 850 pour la 5 portes en finition féline généreusement équipée. On trouve un bon compromis dès le second niveau de finition Active qui regroupe l'essentiel en équipements et permet de s'offrir quelques raffinements en options.
BONS PLANS
Commentaires
Notre sélection d'articles

X
Pour une expérience optimale, désactivez AdBlock.
adblocktest
ad articles essai_automobile