Stage de pilotage
CONSEIL
JURIDIQUE
Cote auto
Mondial de l'auto
Rechercher

Essai Ford Focus ST 250 ch

Essai Ford Focus ST 250 ch : Une ST très RS !

Le 26/06/2012 par Adrien Cortesi
Credit Photo - Autodéclics/AC
Essai Ford Focus ST 250 ch : Une ST très RS !
Fiche technique : Ford Focus
Présentée comme un compromis idéal entre efficacité et usage au quotidien, la Focus ST troisième du nom réhausse encore ses prestations. Accélérations viriles dès les bas régimes, tempérament joueur et confort préservé : cette "RS civilisée" de 250 ch déstabilise déjà la concurrence.
C'était il y a 10 ans. La première focus ST – pour Sport Technologies – venait mettre des bâtons dans les roues d'une certaine Citroën Xsara VTS 167 ch, en l'attaquant sur son comportement routier et son homogénéité. 2.0 multisoupapes de 173 ch, boîte 6 rapports, prix agressif... cette compacte tonique et embourgeoisée ouvrait un nouveau chapitre dans la catégorie après l’épopée des GTi : la performance au quotidien.

Au fil des ans, la recherche de cette polyvalence accrue a mis l’accent sur la sécurité (active et passive) et le confort, sans négliger la sportivité. Une recette fort appréciée puisque Ford remet le couvert en 2005 avec la Focus 2, qui progresse encore sur tous les plans. Notamment en termes de motorisation avec un cinq cylindres suralimenté de 225 ch d’origine Volvo remanié pour l’occasion. Cette génération de Focus titille les ténors de la catégorie, parfois même dotés de 6 cylindres comme l’Audi A3.

Issue de la collaboration des teams RS (Europe) et SVT (USA), la Focus ST cru 2012 peut s’enorgueillir d’être la première sportive Ford ''mondiale''. Ainsi, cette compacte musclée sera proposée dans plus de 40 pays, dont la Chine, dans une unique configuration de réglages. Étonnant dans la mesure où les marchés américains et asiatiques privilégient les aptitudes au ''cruising'', contrairement au Vieux Continent, plus friand d’automobiles ''latines''. Après tout, quoi de plus valorisant pour cette Focus de vouloir imposer de nouvelles références en termes de comportement dynamique ?
Une technologie 100 % Ford
Une technologie 100 % Ford
Autodéclics/AC
Le positionnement de la ST est très clair : pas question de la comparer avec la RS. Ni de la considérer comme un amuse bouche préfigurant une future RS. Notre essai réalisé sur une partie de la nationale 7 relève en effet du plat de résistance. Le tour de force est la : pouvoir rendre accessible un niveau d'agrément de conduite insoupçonné, quasi supérieur à une RS au potentiel pourtant inavouable sur route… mais au flacon bien plus explicite.

Pour le comprendre, revenons sur une éloquente fiche technique. D’abord sous le capot : le quatre cylindres 2.0 turbocompressé ''EcoBoost'', aperçu sous le capot des S-Max et Mondeo, reçoit une cartographie d’injection spécifique permettant un gain de 10 ch et de 20 Nm de couple. Développé à 100 % par Ford, ce moteur doit en partie le secret de son couple maximum, atteint dès 1 750 tr/mn, à son turbocompresseur Borg Warner à géométrie variable. Doté de petites pales minimisant le temps de réponse, sa vitesse de rotation peu atteindre près de 250 000 tr/mn en pleine charge.

Pour en ajouter aux sensations, un ''active sound symposer'' tente de flatter les oreilles du conducteur en émettant un bruit d’aspiration à l’admission lorsque l’on ouvre franchement le papillon des gaz. Grâce à un conduit d’air partant du collecteur à l’habitacle, cette sonorité, bien qu’un peu artificielle, traduit un tempérament sportif plutôt réussi.

L’électronique au pouvoir
L’électronique au pouvoir
Autodéclics/AC
De menues touches spécifiques à la ST égayent un habitacle au traitement sportif, qui présente une qualité perçue dans la bonne moyenne pour la catégorie. Parfaitement calé dans les superbes baquets Recaro cuir/tissu, le conducteur profite d’une position de conduite impeccable, ''englobé'' par la console centrale aux fonctionnalités pas toujours très intuitives. L’interface requiert en effet un petit temps d’adaptation pour gérer le système de navigation et la panoplie d’aides à la conduite aux multiples paramétrages, comme l’alerte de franchissement de ligne ou de surveillance du conducteur. La mini-casquette recouvrant trois petits manomètres, pression de turbo, température et pression d’huile, complète avantageusement l’instrumentation.

Notons que la Focus ST écope d’une inédite assistance de direction à démultiplication variable, avec un système de compensation de retours de couple. Si elle annonce seulement 1,8 tour de volant d’une butée à l’autre, son rayon de braquage élevé – qui rappelle celui de la RS... – pénalise cruellement les manœuvres.

Les premiers kilomètres révèlent d’abord un feeling assez déroutant. Mais le manque de communication entre la direction et le train avant, lié à un très léger temps de réponse suivi d’un braquage incisif, s’estompe pour quasiment disparaître au fil des kilomètres. Seules les remontées de couple raidissant la direction persistent à l’accélération, essentiellement à basse vitesse. L’abondance de couple sur le train avant, intervenant qui plus est à très bas régime, ne perturbe cependant pas excessivement la motricité, pourtant mise à mal.
Stage de pilotage
Stage de pilotage
Autodeclics/AC
La Focus ST ne reçoit pas de différentiel autobloquant, contrairement à la RS. Elle le remplace artificiellement par un système de contrôle vectoriel de couple électronique (eDCC). Lorsqu’une perte d’adhérence intervient, la roue intérieure est freinée. Ce système se montre plutôt efficace en conduite sportive, mais pas extrême : c’est ce que l’on demande à cette Focus.

A n'en pas douter, cette auto a été mise au point par des passionnés de sportives. La Focus se jette au point de corde et enroule à la demande… même avec l’ESP activé, lequel canalise avec finesse les excès d’optimisme, mais sans ralentir le rythme. La Focus ST fait en effet partie de ces modèles renvoyant la sensation de pouvoir aller plus vite avec cet assistant.

Arrive ensuite un premier niveau de « liberté » : l’ESP Sport. Celui-ci porte bien son nom car son intervention apparaît bien tardive, laissant même allègrement décrocher le train arrière… Quand au mode totalement désactivé, il n’a de sens que sur circuit. Les éloges se poursuivent jusqu’au freinage, particulièrement sollicité durant notre essai, impressionnant d’efficacité et de constance.
Du souffle à revendre
Du souffle à revendre
Autodéclics/AC
La commande de boîte, ferme et précise, n’accuse quant à elle aucun reproche. Les deux premiers rapports un peu longs permettent de digérer l’afflux de couple et enchaînent sur un étagement plus resserré. Au final, les relances demeurent très franches, quelque soit le rapport engagé et même à haute vitesse. L’accord moteur/boîte autorise réellement des performances de premier ordre. Les chiffres confirment les sensations : 6,5 s pour expédier le 0 à 100 km/h et une poussée qui se maintient inexorablement jusqu’à 200 km/h !

A ce petit jeu, la consommation, qui s’établit à ''seulement'' 7,2 l/100 km de moyenne en cycle mixte, n’a pu être vérifiée que sur une poignée de kilomètres, en confirmant des valeurs raisonnables à vitesse stabilisée (à peine 8 l/100 km). Mais les montagnes de la région de St-Paul de Vence nous ont invité à opter pour un rythme (très) dynamique, déréglant cruellement l’ordinateur de bord qui affichait alors plus du double…

Un mot pour finir concernant l’absence de version 3 portes au catalogue, celle-ci est justifiée par l’absence quasi-totale de demande. Quant à la version Break SW (+ 20 cm en longueur), à peine plus lourde (+ 24 kg) et nettement plus logeable pour un surcoût de 850 euros, elle peut tabler sur 10 à 15 % des ventes. Une sorte de ''Audi attitude'', à l’instar des RS3 et RS4 !
Plus sportive qu’elle ne le prétend !
Plus sportive qu’elle ne le prétend !
Autodéclics/AC
La Focus ST fait résolument partie des automobiles “plaisir”. Mieux, elle incite à hausser le rythme : une qualité pas toujours de mise dans cette catégorie sensée représenter un compromis. Si elle gagne encore en confort et en polyvalence, elle décuple aussi ses capacités sportives. Et réveille l'âme de pilote qui sommeille en vous.

Pas aussi radicale qu'une Mégane RS, mais finalement assez proche en termes de prestations et d'efficacité, la Focus ST nous a enchanté par ses capacités dynamiques, tout en s'épargnant un amortissement fatiguant. Un bilan élogieux qui augure d'une future version RS exceptionnelle ! Reste un détail, le prix de cette Focus. Judicieusement positionnée, celle-ci s'affiche à 30 750 euros.
BONS PLANS
Commentaires
Notre sélection d'articles

X
Pour une expérience optimale, désactivez AdBlock.
adblocktest
ad articles essai_automobile