En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
La Seat Leon face à 4 de ses rivales+150
Credit Photo - Etienne Rovillé
LANCER LE DIAPORAMA
par Walid Bouarab
Seat Leon vs Peugeot 308 vs Renault Mégane vs Opel Astra vs Ford Focus

La Seat Leon face à 4 de ses rivales

En France, le segment C (berlines compactes), c’est plus de 105 000 ventes en 2016. Une catégorie férocement disputée par une trentaines de modèles. Dans cette arène où circulent des ténors, la troisième génération de Seat Leon s’en tire plutôt bien. Avec 5 000 ventes en France l’année dernière, elle a permis à Seat de progresser de manière significative chez nous, mais aussi en Europe. Mais la concurrence est rude et sa classe compte donc de très bons élèves. Pour essayer de tenir ses rivales à bonne distance, l’espagnole s’est refait une beauté et a mis son équipement au goût du jour. Nous l'avons confronté à ses rivales dans des versions Diesel d’environ 150 ch, dotées d’une boîte automatique et dans une finition haute à tendance sportive. Comprenez : Seat Leon 2.0 TDI 150 DSG6 FR / Peugeot 308 2.0 BlueHDi 150 EAT6 GT Line / Renault Mégane 1.6 dCi 165 EDC6 GT/ Opel Astra 1.6 CDTi 136 Elite / Ford Focus 2.0 TDCi 150 Powershift ST Line.

Sans surprise, l’ambiance est très germanique à bord de la Seat Leon. L’ibère partageant bon nombre d’éléments avec sa cousine la Volkswagen Golf. Pour ce cru 2017, le restylage n’a pas chamboulé l’agencement, tout juste pouvons-nous noter l’arrivée d’un nouvel écran tactile. C’est bien fini, sans fioriture, mais un rien tristoune. De son côté, la 308, en plus de proposer un habitacle de haute qualité, offre une atmosphère bien plus moderne. La planche de bord épurée est orientée vers le conducteur et ce fameux i-Cockpit dont Peugeot ne cesse de se vanter (petit volant et instrumentation déportée au-dessus) fait toujours son petit effet. 

De son côté, la Renault Mégane essaye de la jouer techno avec cette tablette en guise de commande de bord mais la qualité de fabrication n’est pas du meilleur niveau. Tout comme l’Astra, qui n'a réservé les beaux matériaux que pour la partie supérieure de la planche de bord. Enfin, la Ford Focus commence à afficher quelques rides. La doyenne de ce comparatif (commercialisée il y a 6 ans et restylée en 2014) ne peut cacher son âge. Le dessin a pris un coup de vieux et si la qualité reste correcte, l’ergonomie est dépassée. Mais patience, la relève ne devrait plus tarder… 

L’américaine s’en sort en revanche nettement mieux niveau habitabilité, tout comme l’Astra. Les deux profitent de leur gabarit supérieur (environ 4,35 m) pour offrir plus de places aux passagers arrière notamment. Rien d’indigent chez les autres, 308 et Leon reçoivent avec les égards malgré leur dizaine de centimètre en moins. Mais côté coffre, c’est la Mégane qui prend les devants avec 435 litres de chargement, suivie de la 308 (420 litres) et la Leon (380 litres). Astra et Focus ferment la marche avec environ 370 litres chacune.

Sur la route

Sur la route+150
Credit Photo - Seat

Le restylage de la Seat Leon a surtout apporté de subtiles retouches esthétiques et un équipement plus fourni. Rien qui ne transfigure les sensations à son volant donc, mais on retrouve  avec plaisir un comportement dynamique sain et plaisant. Notre Leon profite d’une suspension pilotée dans cette finition FR qui réussit à préserver un bon niveau de confort tout en donnant le sourire à son conducteur. Quant à sa direction précise et justement dosée, elle procure un excellent feeling. Un bon bilan auquel le moteur 2.0 TDI de 150 ch n’est pas étranger. A la fois doux et costaud, il forme un mariage heureux avec l’excellente boîte auto DSG6. Il ne pêche que par son niveau sonore, parfois élevé. 

Malgré son âge, la Ford Focus profite d’un comportement dynamique nettement plus joueur, avec un arrière plus mobile, plus enclin à enrouler la courbe. C’est fun, mais le compromis confort/tenue de route est moins bien étudié, surtout que la précision est dégradée sur mauvais revêtement. La bonne santé de son 2.0 TDCI de 150 ch réjouit, d’autant que la transmission Powershift s’accommode tout à fait d’une conduite sportive. 

Mais s’il y en a bien une qui mène les débats une fois sur la route, c’est encore la Peugeot 308. Le constructeur sochalien a placé un moteur Diesel talentueux (coupleux, discret et plutôt sobre) dans un châssis ultra efficace. Une éclatante démonstration de savoir-faire, d’autant plus qu’elle se passe ‘‘d’artifices’’ comme la suspension adaptative ou les roues arrière directrices. Ainsi dotée, la Renault Mégane arrive à faire aussi bien. Mais il faut reconnaître l’impressionnante agilité de la lionne. Une sensation de légèreté au volant qui en fait de loin la compacte la plus agréable à mener. Avec son système 4Control, la Mégane repousse au plus loin les limites d’adhérence, mais avec environ 150 kg de plus que la 308 à transporter, elle est tout de même moins dynamique. D’abord par son moteur 1.6 dCi 165 ch, moins vif que le 2.0 BlueHDi 150 ch, mais aussi par sa boîte automatique, moins réactive et plus lente que la très bonne EAT6 de la 308.
Enfin, l’Opel Astra traîne la patte. L’allemande, bien que stable et saine, est loin d’offrir  le même talent sur la route. Les mouvements de caisse sont moins bien maîtrisés, et la conduite moins précise. Notamment à cause d’une direction certes directe mais peu informative. Rien d’inquiétant, mais l’Astra a clairement fait le choix de choyer ses occupants avec un très bon confort, plutôt que de combler son conducteur.

Budget

Budget+150
Credit Photo - Seat

Côte équipement, la nouvelle Seat Leon a fait le plein de technologie. En plus du nouveau système d’infotainement commandé depuis l’écran inédit de 8 pouces, elle y ajoute la recharge par induction, les feux de route intelligents, le régulateur de vitesse adaptatif, l’alerte de collision avec détection des piétons, l’aide au maintien en fil active et le mode autonome dans les bouchons.  A l’occasion du restylage, et dans cette finition chico-sportive FR, la Leon offre 1 300 euros d’équipements pour un prix en hausse de seulement 100 euros (30 730 euros, ces dernières technologies étant facturées dans des packs à 1 300 euros tout de même). 
C’est environ 4 000 euros de moins que la Mégane GT (certes dotée des quatre roues directrices), pour un équipement équivalent. Ses jantes ne font ‘’que’’ 17 pouces mais elle possède en plus la reconnaissance des panneaux. Plus chère également, la 308 dans cette finition GT Line est affichée à 33 050 euros en se passant elle de suspension pilotée.

De son côté, l’Opel Astra est nettement plus abordable à 29 400 euros. Elle est moins puissante (136 ch) et dans la finition Elite, elle facture en sus l’aide au maintien en file et les feux LED intelligents (1 900 euros) mais offre les sièges en cuir (Alcantara ou tissu chez les rivales). Enfin la Focus, affichée à 28 700 euros en version ST Line, est loin d’offrir le même niveau d’équipement technologique. Un retard qu’elle rattrapera dès la prochaine génération prévue pour 2018. 

Conclusion

Conclusion+150
Credit Photo - Seat

D’emblée, la Seat Leon s’installe au niveau de ce qui se fait mieux dans la catégorie. Terriblement homogène, elle ne s’incline réellement que face au talent dont font preuve les françaises sur la route. Pour le reste, niveau d’équipement, qualité, motorisation, confort, la Leon est une véritable réussite, affûtée par ce discret restylage. Peugeot 308 et Renault Mégane peuvent compter sur leur comportement routier de tout premier ordre et leur confort pour séduire, sans parler du réseau, plus étendu. L’Opel Astra convaincra les acheteurs à la recherche d’un tarif compétitif, d’une ligne élégante et d’un habitacle spacieux. Enfin, la Ford Focus, malgré son âge, dévoile un comportement routier étonnant d’agilité et s’échange contre un chèque moins conséquent. Les technophiles en revanche passeront leur chemin, comme les amateurs d’intérieurs tirés à quatre épingles.  

Albums Photos