En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Guide d'achat : le nouveau Jeep Compass face à ses concurrentsLancer le diaporama+12
Credit Photo - autodeclics
LANCER LE DIAPORAMA
par Niels de Geyer
Jeep Compass vs Peugeot 3008 vs Renault Kadjar vs Seat Ateca vs Volkswagen Tiguan

Guide d'achat : le nouveau Jeep Compass face à ses concurrents

Trois ans après avoir disparu du catalogue, le Jeep Compass fait son grand retour. Mais entre-temps, la concurrence s'est considérablement étoffée chez les SUV du segment C. Outre sa gueule d'aventurier, quels sont les atouts de l'américain pour se (re)faire une place face aux ténors du genre ? Réponse sur les routes du Vercors.

Trop fruste pour le marché européen, le premier Jeep Compass, né en 2007, n'a pas laissé un souvenir impérissable. Le deuxième du nom, arrivé en concession cet été, part sur de bien meilleures bases. À commencer par son allure, calquée sur celle du très charismatique Grand Cherokee et agrémentée d'un pavillon flottant. Techniquement, il mise sur une plate-forme issue de celle du petit Renegade, dont le succès depuis 2014 sur le segment B a totalement relancé la marque. Si l'arrivée du nouveau Compass sur le segment C permettra mécaniquement à Jeep de battre de nouveaux records de vente à l'issue de l'exercice 2017, sa tâche ne s'annonce pas facile pour autant. Au volant de cette version essence 1.4 MultiAir 140 ch (nécessairement associée à une transmission 4x2 et une boîte manuelle) en finition haut de gamme Limited, tentons d'évaluer ses ressources face aux Peugeot 3008 1.2 Puretech 130 GT Line, Renault Kadjar Energy TCe 130 Intens, Seat Ateca 1.4 TSI 150 Xcellence et Volkswagen Tiguan 1.4 TSI 150 Carat.   

À bord : accueillant, sauf pour les bagages

À bord : accueillant, sauf pour les bagagesLancer le diaporama+12
Credit Photo - Jeep

Avec ses 4,39 m de long, le Compass se range parmi les petits gabarits de la catégorie, au même titre que l'Ateca (4,36 m). Comme ce dernier, il n'en offre pas moins un espace très généreux aux places arrière, seule la garde au toit laissant à désirer si l'on opte pour le toit ouvrant panoramique. En revanche, il faudra voyager relativement léger puisque le coffre est l'un des plus étriqués du segment avec ses 438 l, à comparer aux 510 l de l'Ateca. Si les 520 l affichés par la soute du 3008 (4,45 m de long) sont obtenus au léger détriment de l'habitabilité arrière, le Tiguan exploite à merveille sa stature (4,48 m) pour dominer sur les deux tableaux, sa banquette coulissante lui permettant même de faire grimper son volume de chargement de 520 à 615 l. Le Kadjar plafonne quant à lui à 472 l malgré ses 4,45 m.    

Comparée à l'élégance de la carrosserie, la présentation du Compass déçoit un peu à l'intérieur. L'originalité n'est pas de mise et la qualité perçue est gâchée par les inserts noirs laqués qui parsèment la planche de bord. Rien de déshonorant toutefois, surtout si l'on se rappelle d'où partait son prédécesseur. On apprécie l'ergonomie sans histoires, le volant à jante épaisse et le gros pommeau de boîte à la rondeur tout aussi engageante. Parmi ses adversaires du jour, le Kadjar et l'Ateca rivalisent eux aussi de banalité. Le 3008 et le Tiguan apportent en revanche nettement plus de soin à leur atmosphère, chacun dans son registre. Le premier met en avant un audacieux i-Cockpit, le second tente de faire oublier son austérité par une finition inégalée chez les SUV généralistes.      

Sur la route : sans haine ni violence

Sur la route : sans haine ni violenceLancer le diaporama+12
Credit Photo - Jeep

C'est ici que les choses se corsent pour le Compass. Guère aidé par une boîte mal étagée, le 1.4 Multiair 140 ch peine à remuer les 1 505 kg de la Jeep, d'autant plus sensibles sur les routes de col qui composent notre roadbook. Le manque de franchise de la direction et les sièges au maintien discutable n'incitent de toute façon pas vraiment à hausser le rythme. Lorsqu'on a pris acte de ce tempérament placide, on profite heureusement d'un confort de bon aloi, y compris avec nos jantes 18 pouces optionnelles. Bref, une copie très semblable à celle d'un Kadjar dont le dynamisme n'est pas non plus la qualité première. L'Ateca et son cousin le Tiguan se montrent autrement réjouissants à mener grâce à une motorisation volontaire et des liaisons au sol plus affûtées, sans sacrifier le confort. Quant au 3008, il profite de son poids plume (1 250 kg), du punch étonnant de son petit trois-cylindres et d'un châssis tranchant à souhait pour survoler les débats en matière d'agrément de conduite. En bonne Jeep, le Compass saurait sans doute se rattraper hors bitume face aux pieds-tendres de la vieille Europe, mais cette mission reviendra à la version Trailhawk, attendue début 2018 avec son gros Diesel, ses rapports courts, sa garde au sol en hausse, ses angles d'attaque et de fuite revus et ses assistances électroniques dédiées. 

Budget : peut mieux faire

Budget : peut mieux faire Lancer le diaporama+12
Credit Photo - Jeep

On pourrait croire que le Compass retrouve quelques couleurs lorsqu'on aborde la grille des tarifs. Disponible à partir de 30 950 euros dans cette finition haute Limited, le Jeep n'a aucun mal à afficher un meilleur rapport prix/équipement que le prétentieux Tiguan, affiché à 38 810 euros (même en tenant compte du fait que celui-ci impose la boîte DSG avec le TSI 150 dans cette finition Carat). C'est déjà une autre histoire face au Peugeot 3008, à l'équipement un peu plus riche et au surcoût (32 850 euros) réduit par l'absence de malus quand le pesant Compass doit s'acquitter d'une taxe de 690 euros (143 g, contre 117 g pour le 3008). La consommation n'est d'ailleurs jamais passée sous les 9,5 l/100 km durant notre essai, certes réalisé sur un parcours vallonné. Ce sont cependant le Kadjar et surtout l'Ateca qui assènent le coup de grâce au nouveau venu : moins chers (respectivement 29 850 et 29 200 euros), non malussés, ils offrent aussi un équipement plus riche et/ou plus cohérent. Si le Compass dispose d'une sellerie cuir et de sièges avant électriques, il fait par exemple payer 1 450 euros un pack incluant caméra de recul, stationnement automatique, radar avant et surveillance des angles morts, autant de fonctions incluses dans la dotation chez Renault et Seat. Avec une caméra à 360° en prime pour l'espagnol, qui dispose aussi d'office d'un toit ouvrant panoramique (1 400 euros chez Jeep) ou, plus anecdotique, d'un chargeur à induction indisponible sur le Compass. 

Conclusion

ConclusionLancer le diaporama+12
Credit Photo - Jeep

Le nouveau Jeep Compass a fort belle allure et c'est heureux pour lui : dans cette version essence à deux roues motrices, il peine à convaincre par des arguments plus rationnels que sa silhouette athlétique et son blason légendaire. Non pas qu'il fasse un mauvais compagnon de route, mais la concurrence n'a jamais été aussi acharnée sur ce segment stratégique. Entre un Peugeot 3008 dynamique en diable et un Seat Ateca doté d'un rapport prix/prestations à toute épreuve, le Compass a affaire à forte partie. Dans ce peloton, le Kadjar ne se montre pas beaucoup plus alerte que l'américain sur la route mais profite de tarifs sensiblement plus modestes, à l'inverse du Tiguan qui fait payer très cher sa présentation léchée. 

Albums Photos
Notre sélection