En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Guide d’achat tout-terrains : les purs et durs
par Bertrand Debeuret
Guide d’achat tout-terrains

Guide d’achat tout-terrains : les purs et durs

Au diable toutes les considérations indispensables aux SUV, les virils tout-terrains dont il est question ici n'ont que leur efficacité légendaire à vous offrir.

Il y a ceux qui les mettent tous dans le même panier, et ceux pour qui, en dehors d’une célèbre marque anglaise, de son éternel rival américain et d’une poignée d’experts japonais, on ne trouve que des « berlines surélevées ». La tendance est clairement aux modèles bourgeois, les « cross-overs » qui mêlent les genres pour plaire au plus grand nombre. Un succès qui ne fait que creuser l’écart les séparant des vrais franchisseurs, ceux qui ne s’encombrent pas de complexes assistants électroniques, de systèmes de divertissement dernier cri ou de cuirs pleine fleur, mais comparent plus volontiers leurs angle d’attaque ou de sortie, leurs aptitudes aux croisements de ponts ou la profondeur des gués qu’ils se disent capable de traverser…

Land Rover Defender

Longtemps, le Defender s’est nommé simplement Land Rover, la marque de Solihull n’ayant qu’un modèle à son catalogue. Puis celle-ci a lancé un 2ème modèle, puis un 3ème , un 4ème etc. Mais depuis sa naissance en 1948, le Def’ n’a quasiment pas évolué, gardant intact sa rusticité synonyme de robustesse et ses proportions typiques, idéales pour le franchissement. Une petite révolution pointa toutefois pour ses 40 ans, avec l’arrivée de l’ABS, de l’anti-patinage, d’un nouveau 5 cylindres turbo diesel, et de la climatisation ! Il faudra encore attendre 20 ans pour voire apparaître de nouvelles « grosses » nouveautés : un 4 cydindres diesel 2.4 de 122 ch remplaçant le TD5, une boîte à 6 rapports, une nouvelle planche de bord plus ergonomique et un chauffage enfin efficace… Aussi imperturbable dans la boue que pataud sur l’asphalte, le Defender s’adresse aux amateurs de confort « ferme » et d’insonorisation sommaire. Ceux-ci garderont tous leurs points de permis grâce à la vitesse maxi plafonnant à 130 km/h, mais ne reculeront jamais devant les difficultés, les vraies, celles qui depuis toujours font la joie de cet authentique 4x4. Disponible en 3 longueurs d’empattement (90, 110 ou 130 pouces…), le Defender présente une gamme des plus sommaires avec une seule motorisation et 3 niveaux de finition (E, S et SE). Ses prix débutent à 26 500 euros.

Jeep Wrangler

L’ancêtre de la Wrangler actuelle est née en 1942 de la réponse de Willys à un appel d’offre de l’armée américaine, désireuse de s’équiper d’un véhicule passe-partout à la veille de son entrée en guerre. Le cahier des charges prévoit alors 4 roues motrices, une bonne capacité d’emport, une garde au sol de 16 cm et un poids plume de 590 kg (qui ne sera pas respecté…). Force est de constater que ces exigences semblent encore d’actualité 66 ans plus tard ! La Wrangler n’a ainsi rien perdu de son style typique (sa calandre à barrettes et ses feux ronds sont reconnaissables entre mille), ni de ses prestations tout-terrains qui la placent parmi l’élite des tout-terrains. Elle les doit à ses porte-à-faux minimalistes, sa garde au sol généreuse et sa transmission rustique à toute épreuve. Plus imposante qu’à ses débuts (4,22 m de long pour 1,87 m de large et 1,82 m de haut), la Wrangler classique se double depuis l’été 2007 d’une version 5 portes Unlimited plus spacieuse, alors qu’un diesel est de nouveau présent dans la gamme après 20 ans d’absence.

La Wrangler se monnaie à partir de 24 500 euros pour la version essence 6 cylindres 3.8 qui fournit « seulement » 199 ch, et de 26 400 pour le diesel 2.8 CRD de 177 ch. Disponible seulement en diesel, la version rallongée Unlimited s’affiche pour sa part à 29 600 euros.

Mercedes Classe G

Comme Jeep et Land Rover, Mercedes garde toujours jalousement au catalogue son crapahuteur invétéré, qui équipe une douzaine d’armées à travers le monde. Depuis 1979, le « G » (pour Geländewagon, ou « tout-terrain » dans la langue de Goethe), traverse le temps sans prendre de rides, du moins selon ses fans ! S’il ne joue clairement pas dans le même tableau que les minets du type ML ou GLK, il recueille en revanche tous les suffrages sur le terrain. Ceci grâce à ses ingrédients rustiques mais parfaitement adaptés au franchissement : châssis séparé, essieux rigides avant et arrière, 4 roues motrices permanentes et surtout 3 différentiels (avant, central, arrière). Bref, ainsi équipé, rien ne l’arrête ! En contrepartie, il est moins à la fête sur les routes où ses prestations archaïques invitent à une conduite « relax ». Ce qui n’empêche pas Mercedes de greffer un sulfureux V8 5.5 de près de 500 ch sur la version 55 AMG, au tarif inavouable de 121 000 euros… La version diesel d’entrée de gamme 320 CDI réclame, elle, pas moins de 69 500 euros. Disponible en version châssis court (3p), long (5p) et même en cabriolet, c’est de loin le plus cher des baroudeurs.

Nissan Patrol

A l’inverse des 3 premiers modèles de ce guide d’achat, le Nissan Patrol a considérablement évolué depuis ses débuts en 1951. C’est aussi celui qui accorde le plus de place au confort. Particulièrement volumineux avec ses 5,14m de long pour la version longue 5p, il n’en demeure pas moins agile sur le terrain où il fait preuve d’une étonnante facilité. Il peut notamment compter sur de petites astuces telles qu’une barre antiroulis déconnectable permettant des débattements de suspensions généreux, et sur les 380 Nm de couple de sa mécanique diesel. Ce gros 4 cylindres 3.0 de 158 ch remplace depuis 2001 l’ancien 6 cylindres en ligne, au grand damne des puristes mais sans perte de performance. Le comportement routier est l’un des meilleurs de la catégorie, c'est-à-dire à peu près convenable… A bord, la présentation est soignée et l’équipement complet (système audio complet, climatisation électronique, cuir etc.). Quant aux tarifs, ils débutent à 30 900 pour la version courte 3p et à 34 200 euros pour le Patrol 5p.

Mitsubishi Pajero

Véritable institution, le Pajero est le 4x4 le plus authentique de Mitsubishi, dont la réputation n’est plus à faire. Appelé aussi Montero ou Shogun selon les marchés, il représente en moyenne 25% des ventes de son segment. Totalement remanié en 1999, il a reçu l’an dernier un sérieux lifting. Il se veut désormais plus moderne, avec une foule de nouvelles technologies disponibles, et raffiné.

On trouve sous son capot l’un des plus gros 4 cylindres de la production : un turbodiesel 3.2 de 160 ch, et 170 ch en boîte automatique. Plus sobre et plus véloce qu’auparavant, cette bête de somme concilie conduite souple sur route, et "coffre" idéal pour le franchissement. Naturellement, une gamme de rapports courts est au rendez-vous, de même qu’un différentiel arrière autobloquant inédit. Car c’est dans la rocaille et la terre qu’il épate le plus, avec sa nouvelle transmission 4x4 Super Select 4WD-II et ses attributs de vrais baroudeurs : protections de soubassements, angles d’attaques adéquates (36,6° avant, 25° arrière ou 34,8° pour le châssis court), bonne garde au sol… De quoi satisfaire les plus exigeants, et ce malgré le passage décrié à la monocoque en 1999 en lieu et place du châssis séparé traditionnel. Quant à ses tarifs, ils s’étalent désormais de 40 000 à 47 000 euros environ.

Toyota Land Cruiser

Même s’il n’a plus grand-chose à voir avec le premier modèle de 1951, le Land Cruiser reste un incontournable du marché des purs et durs. Il fait aujourd’hui figure de juste milieu entre capacités 4x4 de premier ordre et confort routier. Une équation qu’il parvient à résoudre en offrant même un soupçon de haut de gamme, qui lui permet de ne pas se laisser distancer par un Range Rover ou d’un Volvo XC90. Toyota lui a offert fin 2006 une petite cure de vitalité, avec un bloc diesel désormais plus puissant et un moteur essence moins gourmand. Le 3.0 D-4D a gagné 10 ch et en offre désormais 173 ch pour 410 Nm à 3 400 tr/mn, et a aussi progressé en réactivité. Du changement également concernant le V6 essence, dont la consommation et les émissions de CO² sont en baisse (12,4 l/100 km – 291 g/km). Ajoutez à cela un pare-brise à isolation acoustique de série et une nouvelle séparation habitacle-moteur, et vous obtenez un expert des terrains difficiles parfaitement vivable au quotidien. Ses prix débutent à 31 850 euros.

La version Station Wagon, beaucoup plus imposante, a elle aussi été modernisée et affiche d’excellentes prestations, en dehors des routes…