Rechercher
Automobile > Essais auto > Essais automobile mazda > Essais automobile mazda mx-5 > Essais automobile mx5 1.8 mzr shizuka

Mazda MX-5 1.8 Série Spéciale Shizuka

Essai Mazda MX-5 1.8 Série Spéciale Shizuka: Baroud d’honneur !

Le 11/05/2012 par Vincent Gonin
Essai Mazda MX-5 1.8 Série Spéciale Shizuka: Baroud d’honneur !
Credit Photo - Autodéclics/VG
Né voici 23 ans, le craquant roadster MX-5 devrait faire sa mue dans quelques mois. L’occasion pour Autodeclics de prendre le volant de l’édition spéciale Shizuka, exclusivement destinée à la vieille Europe, pour un ultime baroud d’honneur.
Fiche technique : Mazda Mx-5
Lisse comme un galet, la petite nipponne, vêtue d’une robe Crystal White Pearl exclusive, a bien résisté aux assauts du temps. Hanches rebondies, passages de roues musclés, silhouette aux lignes épurées : la belle sait jouer de sa silhouette avantageuse. Doté d’un toit souple rétractable électriquement, notre Shizuka se distingue par ses jantes alliage 17 pouces dans une finition anthracite « Gunmetal », par le cerclage chromé de la calandre pentagonale et celui des antibrouillards.

Calme et sérénité
Calme et sérénité
Autodéclics/VG
Conformément au patronyme Shizuka, évoquant en japonais le calme et la sérénité, cette Miata, également baptisée Spring Edition dans d’autres pays du Vieux Continent, cède à un certain embourgeoisement… Point de mire de cette montée en gamme, la très chic sellerie en cuir « Havana », apanage exclusif de cette MX-5 très spéciale, renforce la chaleur de l’habitacle par sa tonalité chocolat plutôt contemporaine.

Fidèle à sa sobriété habituelle, le cockpit, qui ne peut plus s’égayer de teintes claires depuis le restylage, mise sur ses lignes simples et ses volumes peu envahissants pour ne pas détourner le pilote de la conduite. Fini avec rigueur, cette habitacle un peu sombre gagne en passage quelques équipements de confort, comme le système de navigation satellite embarqué à écran tactile 5,8 pouces avec système Bluetooth intégré. Technophile, le petit roadster met également en avant sa connectivité audio optimisée…

Certifiée conforme
Certifiée conforme
Autodéclics/VG
Si elle tranche avec le caractère spartiate et dépouillé de ses inspirateurs des sixties, comme les mythiques MG A, Triumph Spitfire ou Austin Healey, cette profusion demeure discrète et ne nuit pas au caractère authentique de l’engin. Toujours assis au ras du sol face à un petit volant cuir et à une instrumentation lisible et valorisante, où le compte tour trône en bonne place, le conducteur retrouve avec plaisir l’ergonomie réussie du roadster nippon, son minuscule sélecteur et ses sièges à l’excellent maintien.

Si le tachymètre requiert une attention soutenue pour ne pas laisser l’aiguille pointer vers le zénith, à l’heure où la répression routière s’accentue, le régulateur livré en série permettra le cas échéant de préserver quelques points. Si le relatif manque de rangements et les lève-vitres nichés sur la console déconcerteront de prime abord, le MX-5 préserve l’essentiel. Cockpit agréable sans fioriture inutile, position de conduite réussie, levier de vitesse au débattement court et des sièges très bien dessinés constituent une invitation à la conduite cheveux au vent…

Danse de la pluie…
Danse de la pluie…
Autodéclics/VG
Un enthousiasme vite tempéré par la météo capricieuse des Alpes Maritimes… Si la pluie battante qui a ponctué notre périple routier a donné l’occasion de vérifier l’excellente étanchéité du couvre-chef, ces giboulées sporadiques ont également permis de vérifier la rapidité de capotage et de décapotage. Le toit rigide, facturé quelques 2.000€ supplémentaires, aura donc surtout vocation à rassurer les citadins phobiques des coups de canif…

Avantage collatéral, ces averses persistantes ont permis de mettre en relief le comportement plaisant de la propulsion nipponne. Fidèle à son remarquable agrément de conduite, le petit roadster profite de sa compacité (4,02m x 1,72m), de sa hauteur réduite (1,25m), de ses porte-à-faux contenus et de son excellente répartition des masses pour afficher un équilibre aussi sûr que réjouissant. Et au cas où la facétieuse japonaise se prendrai d’un goût soudain pour la danse de la pluie, les dérives du train arrière, contrôlables et progressives, sont rapidement jugulées par un Contrôle dynamique de stabilité (DSC) peu intrusif.

Fashion victim ?
Fashion victim ?
Autodéclics/VG
Propulsée par le modeste bloc 1.8 de 126 chevaux, l’engin compense sa cavalerie mesurée par une masse réduite (1075 kg à vide), doublée d’un étagement très court et d’un papillon de gaz plutôt sensible. Si ces dernières caractéristiques ne sont pas favorables à un record de sobriété, elles gratifient le petit roadster nippon d’une belle santé, et d’une sonorité plutôt agréable.

Plus bourgeoise que radicale, cette déclinaison sophistiquée porte le ticket d’accès à la gamme à 25.660€. Une somme raisonnable pour une découvrable aussi vive que plaisante à conduire. Pour autant, les versions d’accès, tout aussi réjouissantes, à peine moins coquettes et sensiblement plus accessibles, pourront logiquement conserver la préférence des amateurs.

BONS PLANS
Commentaires
Notre sélection d'articles

X
Pour une expérience optimale, désactivez AdBlock.
adblocktest
ad articles essai_automobile