Rechercher

Peugeot 205 T16 ''client''

Essai Peugeot 205 T16 ''client'' : attention, voiture d'homme

Le 27/08/2010 par Julien Azoura
Essai Peugeot 205 T16 ''client'' : attention, voiture d'homme
Loin d'une gentille 205, cette Turbo 16 est plutôt radicale !
Credit Photo - Autodéclics / JA
Véritable bête de course engagée dans le célèbre groupe B, la Peugeot 205 T16 reste aujourd'hui encore l'un des symboles forts du sport automobile français. Pour obtenir son homologation en rallye, le constructeur avait commercialisé 200 exemplaires de son bolide en version ''client'' destinés à la route. Plus de 25 ans après, nous avons pu prendre en mains l'une de ces emblématiques 205 !
Fiche technique : Peugeot 205
Produite au milieu des années 80 à l'initiative de Jean Todt, alors responsable du pôle sport de Peugeot, la 205 T16 fut introduit en championnat du monde des rallyes au sein du sulfureux groupe B. Dans cette catégorie très permissive s'opposaient des monstres de plus de 400 chevaux dont cette petite frenchy, qui eu la main mise sur le championnat pendant plusieurs années, avant de s'attaquer au Paris/Dakar et à la fameuse montée de Pikes Pike.
Exposée en première mondiale au salon de Genève 1984, sa version ''client'' fut volontairement conçue à une poignée d'exemplaires. Le but n'était pas le succès commercial mais bien les victoires sportives avec sa cousine plus radicale. Elle ne bénéficia donc pas d'une conception très aboutie. Sa finition approximative, son prix exorbitant pour l'époque et son moteur de 200 ch loin des plus de 400 étalons offerts par son homologue n'auront pas enthousiasmés les foules.
Toutefois, les 200 exemplaires trouvèrent preneurs et aujourd'hui, les quelques modèles restant sont de vrais ''collectors'' qui s'échangent contre un minimum de 30 000 euros pour un modèle en bon état.
Oldtimer et toutes ses dents
Oldtimer et toutes ses dents
Autodéclics / JA
Au premier regard, la Turbo 16 tranche avec sa gentille version civilisée. On reconnaît bien sûr sa silhouette, mais la citadine a fait un long séjour dans sa salle de sport. Elle se distingue notamment par ses grosses écopes, ses grandes jantes spécifiques, ses énormes passages de roues mais aussi un hayon... qui intègre l'ensemble de la partie arrière de la 205 ! D'ailleurs, le coffre disparaît et laisse sa place au moteur logé en position centrale arrière droite. A côté, même la GTI fait pâle figure.
On retrouve néanmoins de celle-ci la couleur traditionnelle gris graphite métallisé. D'origine, les 205 T16 ont toutes été livrées dans ce coloris.
A l'intérieur il ne reste, là non plus, pas grand chose de la 205 de série. La planche de bord accuse quelques similitudes, mais l'ambiance générale est franchement sportive. Les sièges baquets annoncent d'ailleurs immédiatement la couleur. Idem pour la multitude de cadrants, dont celui du turbo en position centrale, les sièges arrière qui se sont évaporés, le pédalier en aluminium perforé ou encore le volant griffé ''Turbo 16''. Pour le reste, c'est plutôt spartiate. On s'étonne d'ailleurs de trouver des vitres électriques.
Moteur, action !
Moteur, action !
Autodéclics / JA
Passé la petite appréhension au moment de monter à bord, dimension historique oblige, un tour de clé associé à une franche pression sur l'accélérateur sort le bloc 4 cylindres 1.8 de son long sommeil. Comme les GTI vieillissantes, le ralenti est capricieux les premières minutes, il faut donc garder le pied sur la pédale de droite. Profitons en pour écouter le moteur de 200 ch s'époumoner ! Même si aujourd'hui cette puissance n'a plus rien d'élitiste, le poids contenu à un peu plus de 1,2 tonne de la 205 promet encore de belles surprises. Le constructeur annonce d'ailleurs une vitesse de pointe de 210 km/h et un 0 à 100 km/h bouclé en moins de 7 secondes. Allons vérifier.

Au moment de quitter l'atelier du musée Peugeot, qui se charge de la conservation de cette pièce de collection, le mécanicien prévient : ''attention, c'est une voiture d'homme'' ! En effet, dès les premiers tours de roues, on est surpris par ses commandes très fermes ; la direction est difficile à manoeuvrer à faible allure et on peine à manier le levier de boîte de vitesse à la course rugueuse. Il faudra un certain temps d'adaptation.
Le petit trajet nécessaire à s'extraire de la zone urbaine permet de se familiariser avec cette sportive de 25 ans, à un rythme coulé. A faible allure, difficile de ressentir le potentiel de la lionne. A vrai dire, sa puissance semble même un peu juste et largement en dessous de nos espérances.
Quelques minutes plus tard, la route se dégage et la 205 peut alors dévoiler son vrai visage. Car sa puissance se réveille au-delà les 3 500 tr/min, lorsque le turbo daigne passer à l'action. Alors, les 200 ch sortent de l'écurie sans la moindre progressivité. Mieux vaut donc garder les deux mains sur le volant ! On se prend alors pour un pilote en pleine spéciale avec le bruit, l'amortissement rigide, les vibrations et l'incroyable sensation de vitesse.
Côté comportement, la Peugeot est irréprochable grâce notamment à sa transmission intégrale franchement difficile à prendre à défaut. Précise et agile, elle procure rapidement de vraies sensations de conduite.
Bad Girl
Bad Girl
Autodéclics / JA
Totalement atypique, la 205 T16 évolue dans une autre dimension. Car si elle n'est pas la plus sportive de son époque, ni même la plus exclusive, elle reprend les traits de l'illustre 205 et lui offre en prime un tempérament grisant. Bien sûr, elle grince et les assemblages hasardeux sont légions mais son bruit magnifique, son comportement étonnant et sa bouille de ''bad girl'' font oublier toutes ces petites lacunes.

L'avis de Margot Laffite
Pour tout amateur de sport automobile, la 205 Turbo 16 demeure évidemment une véritable icône. Sa gueule d'enfer inimitable et jamais égalée ainsi que sa sonorité encensante sont l'essence même de la sportivité. Elle est d'ailleurs bien plus chère à mon coeur que ne le sera jamais la victorieuse 908 des 24h du Mans. Je ne dois sûrement pas être la seule. Dommage que cette T16 n'ait jamais sacré de champion français. On en parlerait encore aujourd'hui. Ceci étant dit elle aura au moins apporté une belle popularité à Vatanen, Kankkunen et Salonen en France ! Elle restera en tout cas mythique à jamais.
BONS PLANS
Commentaires

X
Pour une expérience optimale, désactivez AdBlock.
adblocktest
ad articles essai_automobile