Rechercher
Automobile > ESSAI > Essais automobile peugeot > Essais automobile peugeot 4007 > Essais automobile 4007 2.2 hdi 16v 156ch fap premium

Essai PEUGEOT 4007 4007 2.2 HDi 16V 156ch FAP Premium

Peugeot 4007 2.2 HDi : la gueule de l’emploi

Le 22/06/2007 par Julien Azoura
Peugeot 4007 2.2 HDi : la gueule de l’emploi
Fiche technique : Peugeot 4007
C’est une petite révolution dans le paysage automobile français : Peugeot commercialisera dans quelques semaines son premier SUV, le 4007. La firme sochalienne garde néanmoins la tête froide en tablant sur un objectif de vente d’environ 20 000 exemplaires par an en Europe. Bientôt suivi par Citroën, qui s’apprête à lancer son C-Crosser, lui aussi dérivé du Mitsubishi Outlander, Peugeot semble débouler sur le front, après la bataille. En effet, si la part des SUV sur le marché automobile global a grimpé de 2,4% en 1997 à 7,2% en 2006, l’engouement autour de ces véhicules semble s’essouffler.
Présentation
Présentation
Si de profil ou de derrière, rien ne distingue le 4007 de ses clones Mitsubishi et Citroën, de face, l’erreur n’est plus possible….
A la parution des premières images du trio 4007/C-Crosser/Outlander, les commentaires, pas tous positifs, ont fusé. Non pas que ces véhicules soient disgracieux, au contraire, mais hormis la face avant qui les distingue nettement, les trois SUV sont quasi-identiques. Le 4007 a choisi d’adopter un look viril, voire même carrément tape à l’œil. Au premier regard, on ne voit que l’immense bouche de calandre, sorte de masque de Hannibal Lecter dans Le Silence des Agneaux... Les touches chromées ne manquent pas, tant sur les antibrouillard, qu’autour de l’imposant sigle Peugeot ou bien sur les marchepieds. Le reste est plutôt plaisant, mais profil et poupe de l’engin sont analogues à ceux du cousin Outlander.
Intérieur
Intérieur
Une présentation soignée, une habitabilité honorable et ce qu’il faut de modularité, voici un bon monospace… surélevé.
A bord, Peugeot a voulu offrir à son SUV un aspect cossu, et propose des matériaux de bon goût, une finition plus que correcte et une habitabilité idéale pour une famille moyenne. Bien sûr, la marque au Lion ne vise pas le standing allemand, mais la qualité perçue reste tout à fait convenable. Les commandes sont pratiques et intuitives, les informations au tableau de bord claires et lisibles. On appréciera d’ailleurs les compteurs inspirés d’un univers résolument sportif. Une atmosphère qui se traduit aussi par la présence d’inserts en aluminium brossé sur les panneaux de portes, la console centrale et le volant multifonction. Les sièges en cuir, disponibles au second niveau de finition, offrent un excellent maintien et un confort très plaisant. Pour finir, l’habitabilité est au rendez-vous avec un espace aux jambes généreux à l’arrière, une troisième rangée de sièges escamotable dans le coffre (pour dépanner) et un coffre très accessible.
Moteur
Moteur
Le 2.2 des 407 et 607 a perdu l’un de ses 2 turbos, mais rien de sa « splendeur ».
A son lancement en juillet, le SUV Peugeot sera animé par une unique motorisation diesel. Un 2.4 essence fera tout de même son apparition dans la gamme à la fin de l’année. Peugeot mise donc aujourd’hui sur le mazout avec un 2.2 HDi que les 407 et 607 connaissent bien. Il se distingue toutefois par son unique turbo en lieu et place du double turbo initial. Le 4X4 sera le seul modèle de la gamme à profiter de cette spécificité. Un mariage qui fonctionne d’ailleurs à merveille puisque le 4007 procure un florilège de sensations, une fois le moteur en route. Fort de 156 chevaux et surtout d’un couple de 380 Nm disponible très tôt, le SUV s’autorise un 0 à 100 km/h en 9,9 secondes. Un seule critique sera émise à l’encontre du bloc Hdi : sa sonorité et son niveau sonore en charge, fatiguant à la longue.
Sur la route
Sur la route
Entre berline et 4x4, ce tout chemin est à mi-chemin.
Le 4007 affiche un look de tout-terrain et les prédispositions qui vont avec. Il propose en effet une transmission paramétrable sur trois modes : 2 roues motrices, 4 roues motrices (4WD) et différentiel bloqué (Lock) pour les situations délicates. En action, il s’en sort honorablement, du moins suffisamment pour la clientèle auquel il se destine et qui ne l’emmènera qu’exceptionnellement en terrain hostile. Sur la route, ses qualités sont celles d’une berline, vive et confortable. On notera juste quelques remontées de couple du bloc HDI sur les 2 premiers rapports lors de fortes sollicitations. Le freinage est très satisfaisant et la prise en main de l’engin plutôt aisée.
Point fort, la position de conduite est irréprochable et donne l’impression de dominer la circulation. Le 4007 offre une polyvalence significative en se permettant l’accès aux chemins escarpés et aux routes sinueuses, sans complexe.
Bilan
Conjuguant les principaux atouts des routières et des tout-terrains, le 4007 séduira par sa polyvalence indéniable. Reste qu’à 34 600 euros pour le premier prix, ce nouveau venu pourra sembler prétentieux. Même si son équipement est complet (climatisation automatique, allumage automatique des feux, 2ème banquette escamotable, ESP, régulateur de vitesse etc.), la comparaison avec le Mitsubishi Outlander, débutant à 29 000 euros, n’est pas à son avantage.
Le bilan
Points Forts
- Polyvalence
- Moteur coupleux
- Présentation intérieur
- 7 places de série

Points Faibles
- Bouche un peu trop enthousiaste…
- Niveau sonore
- Tarifs ambitieux
BONS PLANS
Commentaires

X
Pour une expérience optimale, désactivez AdBlock.
adblocktest
ad articles essai_automobile