En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Comment protéger nos véhicules connectés des cyberattaques ?
par Florian Duchiron
Des pare-feux dans nos voitures

Comment protéger nos véhicules connectés des cyberattaques ?

Dans un futur proche, les risques de cyberattaques seront plus fréquents à bord de nos véhicules tant leur connectivité vers l’extérieur ne cesse d'augmenter. Une réalité qui exigera une nouvelle forme de protection à bord de nos véhicules.

Selon une étude reprise par le spécialiste de protection des données Escrypt, 380 millions de véhicules seront potentiellement connectés vers l’extérieur d'ici 5 ans. Les risques d'intrusions seront forcement multipliés. Pousser à fond le volume de l'autoradio, extraire les données personnelles du smartphone connecté, modifier les données du calculateur, nombreuses seront les possibilités de gestes mal intentionnés à l'instant où le véhicule est connecté à une carte sim. On imagine le pire aussi en cas d'intrusion en pleine conduite autonome.

A la manière des antivirus pour ordinateurs, des sociétés proposent des protections, qui apprennent de l’expérience utilisateur puisque les menaces restent nouvelles et la base de donnée des cas recensés encore à développer. Ainsi après l'installation d'une protection type pare-feux, toute forme d'intrusion sera détectée puis rapportée vers un centre de données analysant la menace, mobilisant des experts en cyberattaque qui coderont des solutions. Puis il s'agira de mettre à jour tous les véhicules équipés du système, à distance, comme une mise à jour Windows.

Une nouvelle guerre en cybercriminalité s'annonce, le défi ici ne consiste pas seulement à apporter une protection active mais aussi passive puisque le véhicule devra être rigoureusement sécurisé pendant sa construction afin d’éviter tout risque de préparation à l'instruction pendant cette période de vulnérabilité technique (type cheval de Troie par exemple), mais aussi après sa mise au rebus via la destruction des clés de cryptage. Les bases de données et la transmission « over the air » pour les mises à jour devront eux aussi être d'une fiabilité sans faille.