En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Guide d’achat : la Fiat 500 face à ses rivales
par Julien Azoura
Guide d’achat : la Fiat 500 face à ses rivales

Guide d’achat : la Fiat 500 face à ses rivales

Nouvelle venue sur le marché des citadines, la Fiat 500 a de quoi effrayer ses concurrentes, qui jouaient déjà avant son retour dans le registre de la citadine branchée.

On ne parle que d’elle en ce moment : la petite turinoise qui renaît 50 ans après avoir révolutionné le marché automobile italien, pour ne pas dire mondial, et qui propose un style néo-rétro si attachant. On ne la présente plus, ses qualités émotionnelles ayant été maintes fois évoquées... Au même titre, ses plus « grandes » rivales ne manquent pas de revendiquer une personnalité acquise par l’expérience d’un passé fructueux. On trouve ainsi sur ce segment la véritable star du « revival » automobile, la Mini. Plus consensuelle et surtout moins chère que la petite britannique revisitée par BMW, la Renault Twingo réclame elle aussi sa part du gâteau. Pas la peine de rappeler qu'elle ne boxe pas dans la même catégorie, mais la Smart Fortwo fait aussi partie du lot des citadines BCBG, et se pose en alternative compacte à l'italienne. Sans oublier la Lancia Ypsilon, qui a encore son mot à dire... Des rivales, aussi différentes soient-elles, qui ne voient pas forcément d’un bon œil l’arrivée de la très charismatique 500.

MINI Cooper D : l'icône revival

La Mini surfe sur la vague d’un succès qu’elle doit à son esprit néo-rétro très branché, son plaisir de conduite indéniable et son format compact qui ravit les citadins. Véritable star du marché des citadines branchées, la petite « fashion-victim » de BMW profite, en plus de son image et de son style très sexy, de véritables qualités dynamiques procurées notamment par son excellent châssis. Ses motorisations, si bien essence que diesel, sont également très satisfaisantes. Hélas, comme beaucoup de produits dans le vent, il faut mettre le prix pour se l’offrir : pas moins de 15 900 euros pour la Mini One.

LANCIA Ypsilon : la petite bourgeoise

La Lancia Ypsilon se démarque de la concurrence par ses prix relativement bas mais aussi par ses qualités routières plutôt moyennes et son niveau de finition perfectible. Reste une citadine très originale au look étonnant que l’on peut choisir en version B-Colore pour un effet rétro garanti. Un véhicule qui séduira une clientèle féminine, jeune et branchée à l’affût d’une petite voiture idéale pour faire du shopping. Même si ses ventes restent assez confidentielles, l’achat d’une Ypsilon est un choix passionnel au même titre qu’une Fiat 500. Ses prix débutent à 12 300 euros mais il faudra compter au moins 15 200 pour une version convenablement équipée, en motorisation essence.

SMART Fortwo : la plus compacte

La Smart Fortwo est la seule depuis sa sortie en 1998 à pouvoir se garer face au trottoir. Profitant d’une récente évolution, la micro-citadine peut même se vanter de proposer une motorisation propre. Elle colle ainsi parfaitement à la tendance écologique actuelle. Il convient néannmoins de rappeler que la Smart Fortwo est une voiture qu’il convient de laisser sur son terrain de prédilection, le milieu urbain, en évitant les grandes escapades sur routes et autoroutes ou elle sera nettement moins à l’aise. L’espace intérieur est vraiment exigu, tout comme le coffre, et ses qualités dynamiques sont tout bonnement incomparables (de par sa taille) avec la concurrence. Elle reste néanmoins la seule automobile de moins de 2,7 mètres. Ses prix débutent à 10 250 euros, ce n’est pas donné pour un jouet.RENAULT Twingo II : la plus consensuelle

RENAULT Twingo II : la plus consensuelle

Pour renouveler son icône, Renault a choisi la rupture. Lancée en 1993, la Twingo aura résisté au bistouri pendant 14 ans, avant de voir sa féminité et sa bonhomie reniées au profit d’une virilité plus "rassurante". Une Twingo plus grande, plus sûre, moins joviale, plus globale. Néanmoins, force est de constater que la Twingo II est une auto bien conçue. Elle conjugue toujours avec brio habitabilité maxi et encombrement (presque) mini. Sans compter un plaisir de conduite étonnant lié à sa faible masse et ses trains roulants efficaces. Les prix bas aussi, c’est son affaire. La première version à 7 990 euros, très dépouillée et qui vise essentiellement à attirer l’attention sur elle en atteste. La version diesel 1.5 dCi en est loin, avec son prix de départ fixé à 11 350 euros.

FIAT 500 : la plus branchée

Elle est belle et hyper-branchée, mais outre ses superbes atours si évocateurs d’un succès passé qui ravive tant de mélancolie, que vaut-elle réellement ? La Fiat 500 repose sur la base de la Panda et profite donc d’un châssis certes éprouvé mais qui manque un peu de saveur. Toutefois, les suspensions raffermies contrôlent mieux les mouvements de caisse, et la géométrie de l’auto, avec ses roues aux 4 coins, soigne la stabilité. Une direction plus directe aurait dynamisé la conduite, mais avec son mode "city" sur-assistée, elle préfère faciliter les créneaux. Elle s’affiche à 14 500 euros en 1.4 16v 100 ch Sport, mais débute à 10 500 euros, plancher qui tombera à 9 500 euros d’ici l’an prochain.