En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Guide d’achat : et pourquoi pas une berline de luxe ?
par Julien Azoura
Guide d’achat : et pourquoi pas une berline de luxe ?

Guide d’achat : et pourquoi pas une berline de luxe ?

2 questions à l'ordre du jour de ce guide d'achat : à quel besoin répondent les berlines de luxe et quelles actrices composent l'offre de ce segment particulier ?

Image de marque et signe extérieur de richesse

L’achat d’une berline de luxe est une décision motivée par plusieurs critères qui dépassent bien souvent la simple notion de taille. En effet, qui pourrait affirmer qu’une routière classique du segment inférieur n’offre pas assez d’espace dans l’habitacle ou dans le coffre ? Ce segment très particulier, appelé H2 dans le jargon des constructeurs automobiles, intègre une certaine notion de prestige et d’exclusivité. Ces modèles représentent généralement le fleuron de gamme des constructeurs, souvent « premium », et soutiennent au même titre l’image de leur propriétaire. Il est également à noter qu’on distingue au sein du même segment au moins trois sous-catégories : certaines firmes automobiles misant sur la sportivité, d’autres davantage sur le luxe et certaines sur leur fibre traditionnelle…

Mercedes Classe S

La firme à l’étoile peut se targuer d’avoir, avec la Classe S, un modèle qui n’a plus rien à prouver en matière de luxe. Le vaisseau amiral Mercedes est souvent reconnu comme le meilleur acteur de sa catégorie grâce à une parfaite symbiose entre opulence, confort et bagage technologique de haut vol. Mais la Classe S, c’est avant tout un salon roulant qui sait recevoir et faire passer un agréable moment à ses passagers. A bord, la qualité de finition est irréprochable, les matériaux choisis très flatteurs et la gestion de l’espace pour les passagers fort appréciable. Côté style, le classicisme prévaut à l’extérieur, même si Mercedes a aussi fait la part belle à un « raffinement musclé », dont toute la gamme profite à présent. D’ailleurs, au rang des moteurs officie sur la Classe S le propulseur le plus efficace de la catégorie : le V12 biturbo de la S65 AMG et ses quelque 612 ch…

Les tarifs de la Mercedes Classe S débutent à 82 900 euros.

Volkswagen Phaeton

Volkswagen, constructeur généraliste, a tenté avec la Phaeton le pari de concurrencer les marques premium spécialistes du segment. Un objectif ambitieux – sans doute trop – soldé par échec, mais qui n’a pas démonté VW. La Phaeton vient ainsi de bénéficier d’une belle mise à niveau qui ne rend que plus pertinent son positionnement « luxe accessible ». Avec la Phaeton, la marque joue ainsi la rupture en s’attaquant à Mercedes ou BMW avec comme atout une relative discrétion qu’apprécient ceux qui ne cherchent pas à se mettre particulièrement en avant. Ce qui ne les empêche pas d’avoir recours à un chauffeur pour profiter sereinement de niveau de confort honorable de cette grande berline ! La Phaeton est disponible à partir de 70 700 euros munie du 3.0 V6 TDi.

Citroën C6

Ses dimensions et ses tarifs la situent dans la catégorie inférieure, mais la Citroën C6 est la seule à s’imposer comme une représentante crédible du haut de gamme à la française. Cette grande berline au style évocateur du passé de la marque dispose d’un habitacle très soigné et se veut très confortable grâce, à une excellente maîtrise de l’insonorisation, une qualité perçue largement comparable à au niveau du redoutable haut de gamme allemand, et les indispensables suspensions pneumatiques, vitrine tant technologique qu’historique de la marque. Chacun se fera une opinion sur le style particulier de la C6, originale et moins ostentatoire que celui de ses rivales. Autre originalité, son premier prix correspond à un bloc Diesel 4 cylindres (2.2 HDi 173 ch), arrivé tout récemment dans la gamme, et permettant d’offrir un ticket d’entrée à « seulement » 39 400 euros.

Jaguar XJ

L’achat d’une Jaguar n’est que très rarement le fruit du hasard. Cette marque anglaise, au riche patrimoine, se démarque franchement de toute concurrence grâce à un esprit conservé intact qui garantit une signature visuelle identifiable au premier coup d’œil. Mais comme la remplaçante de S-Type (la XF) l’a montré, le vent est en train de changer à Coventry, et s’oriente vers une rupture de style sans pareille dans l’histoire de la marque. Mais en attendant la prochaine XJ, l’actuelle grande Jaguar reste un modèle emblématique, recherchés pour son style résolument rétro et son luxe typiquement britannique. De plus, la XJ offre une liste d’équipement de série impressionnante ! Sur le plan mécanique, la Jaguar dispose de vigoureux moteurs 6 et 8 cylindres et, bien que vieillissante, d’un châssis en aluminium rigide et léger. La XJ approchant lentement mais sûrement l’âge de la retraite, les premiers prix sont conciliants. Comptez un peu plus de 77 000 euros pour le moteur 3.5 en finition Executive.

Audi A8

Le fleuron de gamme de la firme d’Ingolstadt ne cesse de se bonifier à chaque génération et la dernière version, dont il est question aujourd’hui, atteint des sommets. Toujours classique dans ses lignes (bien qu’habillé depuis la phase 2 de l’agressive calandre « single frame »), quand BMW ose prendre plus de risques en matière de style, elle affiche une remarquable fluidité, malgré des dimensions très généreuses. Dans l’habitacle, les nuisances extérieures se font oublier pour se retrouver dans un véritable cocon. Très sobre, la planche de bord est surtout très bien finie, avec des matériaux idéalement choisis. Cuir, boiseries, plastiques de qualité… nous sommes véritablement à bord d’un écrin sur roues. Très habitable et offrant des sièges agréables et bénéficiant de multiples réglages, l’Audi A8 propose également un énorme coffre de 500 dm³. Mais l’A8 joue également la carte de la sportivité, avec un comportement plus dynamique que la moyenne, et un confort en conséquence légèrement en retrait. Les opulentes versions W12 et S8 ont le premier rôle dans cet horizon musclé. Prix d’appel : 73 960 euros, en version Diesel 3.0 TDI.

BMW Série 7

La BMW Série 7 avait, à son lancement, fait couler beaucoup d’encre. Les amateurs de la marque reprochaient à Chris Bangle, designer en chef chez BMW, d’avoir un peu trop « osé » avec un style nettement moins timide que ses rivales. Ceci n’a pas empêché la Série 7 (au moyen toutefois d’un restylage « apaisant » à mi-parcours) de se faire une place parmi les berlines de luxe à succès. L’Allemande, c’est certains, ne manque par d’arguments. Son habitacle est très soigné mais si l’ambiance à bord est assez austère, cette BMW fait la part belle au pilotage ! Elle offre pour cela un tempérament sportif et des moteurs fantastiques, et en conséquence un grand plaisir de conduite. La grande berline de la firme à l’hélice s’impose comme un choix judicieux pour qui recherche un véhicule très haut de gamme doté d’excellentes prestations routières. Ses prix s’étalent de 73 900 à 147 750 euros.