En poursuivant votre navigation sur Mensup.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts, pour mesurer la fréquentation de notre site, et vous permettre de partager vos lectures sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus ou paramétrer les cookies, rendez-vous sur cette page. En savoir plus.
Bolloré tient ses délais : Autolib', c'est parti
Credit Photo - DR
par Laurent Meillaud
Bolloré tient ses délais

Bolloré tient ses délais : Autolib', c'est parti

Vincent Bolloré et Annick Lepetit, la présidente du syndicat Autolib', ont fait le point la semaine dernière sur le projet. Les 66 premières voitures sont en phase de test depuis ce dimanche et pour une durée de deux mois, avant l'ouverture du service le 5 décembre.

C'est donc à Vaucresson, en banlieue ouest et au siège de Bolloré Energies, que les deux partenaires ont choisi de faire un point d'étape sur le projet Autolib'. Ils ont d'abord précisé qu'il n'y avait pas de retard. Le choix de Bolloré par les 46 communes a été avalisé - à l'unanimité - en décembre 2010 et le contrat a été signé en février 2011. L'arrivée progressive des voitures : 66 au départ, puis 250 au 5 décembre, 2500 à l'été 2012 et 3000 à terme, serait donc normale.

Par ailleurs, comme promis, 1200 personnes vont être recrutées pour l'animation des stations. Le site Autolib.eu a été ouvert le 8 août dernier dans cette optique et il est encore temps de s'inscrire. Autolib' va par ailleurs proposer une page Facebook et un fil Twitter, ainsi que des applications iPhone et Android.

L'innovation vient de la voiture - qui est dans la rue*, rappelle Vincent Bolloré, contrairement à d'autres qui font des annonces - mais aussi des stations. Non seulement ces stations seront animées, avec une présence humaine, mais elles seront équipées d'un écran de visio conférence pour pouvoir dialoguer avec un opérateur. D'autre part, les bornes (5000 à terme en Ile de France) pourront également être utilisées pour d'autres véhicules électriques.

Une fois qu'on s'est inscrit, après avoir scanné son permis dans la station, on dispose d'une carte sans contact qui permet d'entrer à bord. La Bluecar - qui est en fait grise, car elle est couleur alu et sans peinture - sera pour sa part équipée d'un GPS communicant. Un bouton bleu est prévu pour pouvoir à tout instant joindre un conseiller. De la même façon, une alerte est prévue si le conducteur sort du périmètre délimité par les 46 communes.

Les tarifs : 5 euros la demi-heure, 10 euros pour le forfait découverte 24 h, 15 euros pour la semaine, 132 par an en famille (144 euros en solo). L'objectif est de convaincre 80 000 abonnés. La rentabilité devrait être au rendez-vous dans 7 ans.

Les 3000 voitures vont certes s'ajouter au trafic. Mais, de par la forte rotation, elles vont en fait contribuer à éviter la présence de 22 500 véhicules. Autolib' espère rééditer la success story du Velib'.


*1200 véhicules ont été immatriculés au 3 août. Il y en aura 2000 en fin d'année, dont au moins 250 Bluecar.
TAGS : auto partage, bluecar, bolloré, véhicule électrique
Notre sélection